Partager :

L’épidémie de la variante delta en Israël est un risque pour l’économie, mais le gouverneur de la banque centrale du pays s’attend à ce que la reprise se poursuive pour le moment.

Amir Yaron de la Banque d’Israël a déclaré que les autorités surveillaient si de nouveaux cas de la souche delta, détectés pour la première fois en Inde, se sont traduits par des maladies graves et des hospitalisations.

« J’espère que ce n’est pas le cas, auquel cas notre approche de base est que nous nous verrons toujours bien sortir », a-t-il déclaré en faisant référence au pays sortant de la crise économique.

« En 2021 et d’ici la fin de 2022, nous serons fondamentalement très proches de l’endroit où nous étions censés être avant la pandémie », a-t-il déclaré lundi à Hadley Gamble de CNBC.

Israël a signalé 496 cas de Covid le 5 juillet, soit une augmentation de 88,1% par rapport à il y a une semaine, selon Our World in Data.

Après un déploiement rapide du vaccin, le pays a initialement levé les restrictions et s’est précipité vers un retour à la normale après la pandémie. Mais les autorités ont depuis réintroduit certaines mesures contre les coronavirus après que la variante delta a commencé à se propager dans la communauté.

Israël a entièrement vacciné 59,8% de sa population, tandis que 65,2% ont reçu au moins une dose d’un vaccin Covid, selon Our World in Data.

Budget national d’Israël

Yaron a déclaré à CNBC qu’Israël doit adopter son budget national et que le pays doit investir pour l’avenir.

« Nous avons absolument besoin de ce budget de l’État », a-t-il déclaré. « C’est le plan de travail pour l’économie à long terme … nous devons faire ce que de nombreux autres pays ont à faire, c’est-à-dire investir dans les infrastructures, investir dans l’éducation à mesure que les économies progressent, en particulier les (secteurs) de haute technologie. » Le pays devra également investir dans le capital humain, a-t-il ajouté.

Israël vise à approuver son premier budget national depuis mars 2018 en novembre de cette année, après qu’un nouveau gouvernement de coalition a été approuvé par le Parlement le mois dernier.

Le gouverneur de la banque centrale a déclaré qu’Israël doit faire progresser son économie au cours de la prochaine décennie afin de croître et de faire les bons investissements.

« Le défi sera de les intégrer, d’une manière fiscale très responsable, de telle sorte que … le rapport dette/PIB reste stable au cours des prochaines années », a-t-il déclaré.

https://news-24.fr/

Partager :