Partager :

Le Figaro. 48 heures à Tel-Aviv, la « ville blanche » qui ne dort jamais.

CITY GUIDE – De la rue Sheinkin au vieux Jaffa, en passant par Neve Tzedek, plongée dans une ville joyeuse et bouillonnante, qui regorge de bonnes tables, de cafés bohèmes et de boutiques branchées. Bienvenue à Tel Aviv, la ville la plus hédoniste d’Israël.

L’arrivée.

L’aéroport Ben Gurion, situé à 15 km de Tel Aviv, a deux terminaux. Le principal, le Terminal 3, est relié au centre-ville par le train, plus rapide et bien moins cher que le taxi : compter 13,50 shekels (3,5 €) pour aller à HaHagana (sud du centre-ville), HaShalom (centre-ville), Savidor Center (nord du centre-ville). Attention, pas de transport en commun du vendredi soir au samedi soir (shabbat). Le terminal 1, qui reçoit les vols low-cost internationaux, est relié au terminal 3 par une navette gratuite (prévoir une demi-heure de plus).

Le centre de Tel Aviv, petit et plat, se parcourt bien à pied. Le vélo est le meilleur moyen de passer de quartier en quartier grâce aux pistes cyclables le long des grands boulevards, du littoral et dans les parcs. On trouve des vélos Tel-O-Fun en libre-service un peu partout (48 shekels – 12 € les 3 jours) ainsi que plusieurs prestataires de trottinettes électriques (Bird, Wind, Lime).

Calder : Great Yellow Sun.

Jusqu’au 15 août, le Musée d’Art de Tel Aviv présente Calder : Big Yellow Sun jaune, une rétrospective de l’œuvre singulière d’Alexander Calder (1976-1898), l’un des artistes majeurs du modernisme au XXe siècle. L’exposition couvre cinq décennies de créations du maître, depuis ses premiers dessins au crayon jusqu’à l’un de ses derniers mobiles, avec un focus sur un aspect moins connu de son travail : les peintures à la gouache.

Calder : Great Yellow Sun, 27 Shaul HaMelech Blvd, Tel Aviv. Entrée 12,75 €, jusqu’au 15 août 2021. Ouvert mar-mer 12h-18h, jeu 12h-21h, ven 10h-14h, sam 10h-18h, fermé dim-lun.

LA BONNE TABLE

OCD Restaurant. Ce restaurant situé dans un ancien entrepôt de Jaffa (prononcé Yaffo) propose une expérience culinaire assez « chutzpah » (culotté en hébreu) : c’est le chef Raz Rahav qui décide de tout le repas ! Cela tombe bien, le maître queux a bon goût et surtout l’art de concocter une cuisine israélienne inspirée. L’accent est mis sur les produits locaux et de saison, à l’image du poisson grillé au citron du pays et bouillon dashi, du risotto de chou-rave au beurre blanc ou de la douceur rose et pécan. Le décor se veut minimaliste chic, sans prétention : une cuisine ouverte en brique apparente, et un comptoir autour duquel les hôtes sont assis. 16 à 20 plats défilent tout le long du dîner (déjeuner le vendredi), qui dure 2h30 à 3 heures. Chacun est servi en même temps et déguste la même chose. Bien sûr, chaque repas peut être ajusté en fonction des sensibilités et allergies alimentaires de chacun. Convaincant ! Menu dégustation complet 99 €, hors boisson. Un conseil : réservez.

OCD TLV, Tirtsa St 17, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3-556-6774.

L’HÔTEL EN VUE. The Jaffa.

Niché au cœur du vieux Jaffa, l’ancien hôpital français du XIXe siècle est à présent un somptueux hôtel cinq étoiles, propriété du groupe Marriott. La sobre façade dissimule une élégante cour rythmée d’arcades en pierre. Un mur rappelant les moucharabiehs orientaux sépare la partie ancienne de la partie moderne de l’hôtel. Rien de trop dans les 120 chambres et suites, aux tons clairs et hauts plafonds. Vingt d’entre elles réservent une vue merveilleuse sur la Méditerranée. On prend son petit déjeuner à l’ombre des chênes. Un saut à la piscine et on peut s’échapper dans les ruelles de Jaffa. Expérience unique en soirée : siroter un cocktail sous les croisées d’ogives de l’ancienne chapelle peinte, transformée en lounge bar. Piscine, spa, gym. À partir de 450 € en chambre double.

The Jaffa, a Luxury Collection Hotel, Louis Pasteur St 2, Tel Aviv-Yafo, 6803602, Israël. Tél. : +972 3 504 2000.


JOUR 1 : DE SARONA À NAHALAT BINYAMIN

Matinée.

Pour prendre le pouls de la ville, commençons par un petit déjeuner sain et copieux au Bucke Cafe de la rue Ahad Ha’Am (bucke-cafe.com), agréable petit café bobo (le terme n’est pas péjoratif ici !). Puis on file au Musée d’Art de Tel Aviv (tamuseum.org.il) pour un bain de culture. Parmi les 32.000 œuvres de la collection, des pépites : la peinture murale de Roy Lichtenstein, l’art cinétique de Yacoov Agam, mais aussi des Klimt, Pollock, Gauguin, Picasso… sans oublier le superbe Juifs priant dans une synagogue à Yom Kippour, de Maurycy Gottlieb. Le musée propose 25 expositions temporaires par an ! Admirez aussi l’architecture épurée, toute en lignes brisées, de LA nouvelle aile du musée, signée Preston Scott Cohen. À deux pas de là, le quartier Sarona conserve ses vieux bâtiments au pied des immeubles de verre du Centre Azrieli. Drôle d’histoire que celle de ces maisons, bâties XIXe siècle par un mouvement pieux de protestants allemands, les Templiers, et qui servirent par la suite de siège au premier gouvernement israélien. Les bâtiments abritent désormais un musée historique, des commerces et des restaurants. Très vivant à midi, lorsque le quartier d’affaires voisin fait relâche pour la pause médiane.

Pause déjeuner.

Au choix : un déjeuner chic et choc au Pastel, le sublime restaurant contemporain installé dans le Musée d’Art de Tel Aviv. Le talentueux chef Cobi Bachar y revisite le chou farci et propose un «chawarma» aux fruits de mer au yogourt de tahini. En dessert, ne manquez pas sa glace au sésame noir. À déguster face au jardin de sculptures du musée. Autre option : le marché de Sarona, vaste halle marchande où toutes les cuisines du monde sont préparées sous vos yeux. Essayez par exemple le «chawarma» du Segev Concept. Délicieux… et bondé à midi.

Après-midi.

Entre le boulevard Rothschild, l’axe principal de la ville avec ses cafés et restaurants, et la rue Allenby, on découvre une foule de bâtiments Bauhaus. Tel Aviv en compte 4000 au total, soit le plus grand ensemble d’architecture moderne au monde, classé à l’Unesco en 2003. Arrogantes d’élégance immaculée, les bâtisses renvoient pour autant l’image d’une ville lumineuse et fonctionnelle. Le tout récent White City Center Liebling Haus (whitecitycenter.org), dans le miniquartier de Bialik, permet de mieux comprendre l’essor de cette architecture… et de visiter un intérieur Bauhaus, une rareté.

Ambiance bohème chic dans la toute proche rue Sheinkin, où s’alignent les boutiques de créateurs. Descendez ensuite le boulevard Rothschild pour rejoindre le quartier de Florentin, investi par les artistes, et faîtes le plein d’épices orientales au marché Levinsky.

Apéro et dîner.

Dans la rue Nahalat Binyamin, Yaïr Yosefi concocte une cuisine de haute volée dans son bistrot à vins, qui n’a de Brut que le nom. Tartare de bonite, chou farci à l’agneau sont arrosés de blancs élégants et de rouges du mont Carmel. Une adresse coup, de cœur, chaleureuse et intime. Juste à côté, Rima Olvera, à l’Oasis, ose une cuisine fusion inspirée des produits rapportés de l’étranger par ses amis ! Original et réussi.

Plus tard dans la soirée.

On reste sur Nahalat Binyamin pour rejoindre la jeunesse bohème branchée au Bicicletta, charmant bar qui dispose ses tables en terrasse, dans un décor de place de village. À quelques pas, gin tonic sur le toit du The Prince, auquel on accède par un escalier tagué. On y retrouve la même faune jeune, amicale et arty. Un autre skybar, bien plus élevé, nous attend à moins de 10 minutes de là, en remontant la rue Allenby : le Haiku. Perché au sommet du Lighthouse by Brown Hotel, la vue à 360° sur les lumières de Tel Aviv est splendide. En été, le toit est retiré : on fait la fête sous les étoiles, en pleine ville ! Côté boissons, recommandons le Mont Fuji, savant dosage de gin et de saké.

JOUR 2 : DU MARCHÉ CARMEL À JAFFA.

Matinée.

Ayez le vendre vide avant de vous rendre au marché Carmel (dimanche au vendredi) ! Situé en plein centre-ville, c’est un labyrinthe d’étalages de légumes, de fruits, d’épices parmi lesquels se glissent des «houmoussiya», des vendeurs de galettes yéménites, de biscuits syriens et de sandwiches irakiens. Delicious Israel (deliciousisrael.com) propose des visites gustatives passionnantes, hors des sentiers battus. La foule du vendredi offre une joyeuse ambiance, qui se prolonge dans le marché artisanal Nahalat Binyamin, dans la rue du même nom (mardi et vendredi). Photos anciennes et babioles kitsch sont à glaner parmi les grossistes en textile. Le boulevard Rothschild nous conduit très vite à Neve Tzedek, le quartier historique de Tel Aviv. Un dédale calme de maisons basses, traversé par la sympathique rue Shabazi, où s’alignent les bijoutiers (notre préféré : Agas et Tamar) et les galeries d’art.

Pause déjeuner.

À la lisière du marché Carmel, le Yom Tov Cafe sert de bons petits plats, élaborés avec les produits frais du fameux marché. À croquer sans chichi, attablé en salle ou sur le trottoir. Service jeune et décontracté, à l’image de la clientèle. Pour les amateurs de viande, filez au M25 (m25meat.co). Les adeptes du vegan, eux, iront plutôt goûter les délicieuses assiettes bio de Meshek Barzilay, l’une des meilleures adresses du genre en ville.

Après-midi.

Rejoignons le bord de mer pour respirer l’air marin. Avec ses 14 kilomètres de plages bordées de palmiers et d’immeubles clinquants, Tel Aviv prend des airs de Miami Beach méditerranéenne. La piste cyclable longe agréablement le front de mer jusqu’au vieux Jaffa. Ce quartier majoritairement arabe est l’une des plus vieilles villes d’Israël. Perdez-vous dans ses ruelles ocre. Vous tomberez tôt ou tard sur le marché aux puces (tous les jours sauf samedi), entre la rue Yefet et la rue Beit Eshel. Les vieux stands de breloques côtoient des magasins contemporains séduisants. Dans la trépidante rue Nakhman, aux cafés joyeux, Asufa (asufadesign.com) propose de petits souvenirs créatifs imaginés par des designers israéliens. Plus qualitatif, Saga (facebook.com/sagatlv), dans la rue Rabbi Pinckas, se veut galerie d’art et magasin design : céramiques, coussins, luminaires, mobilier : tout est made in Israël. On retrouve les belles sérigraphies de Jonathan Reiner parmi les plantes vertes du Café Saga attenant. Une pause agréable dans le vieux Jaffa.

Apéro et dîner.

En fin de journée, retour sur la promenade. Au Manta Ray, restaurant panoramique posé au-dessus de la plage Alma, dégustez une margarita face au coucher de soleil et à la citadelle de Jaffa. D’un coup de pédale, rejoignez ensuite HaTachana – The Station, une ancienne gare ferroviaire de la fin du XIXe siècle reconvertie en complexe commercial branché. Le lieu concentre le meilleur du made in Tel Aviv depuis quelques années déjà.

On en profite pour faire une pause gourmande chez Tash & Tasha (cuisine géorgienne), ou au bar tapas à la barcelonaise Vicky Cristina, le rendez-vous des hipsters de Neve Tsedek qui rouvre cet été. Pour un dîner gastronomique, direction George & John, le restaurant de l’hôtel Drisco. Tartare de sériole, poulpe ciselé et riesling israélien : une cuisine méditerranéenne raffinée et généreuse à savourer dans un décor colonial distingué.

Fin de soirée.

La nuit est longue à Tel Aviv et les lieux festifs ne manquent pas. Entre Neve Tzedek et Florentin, la jeunesse se mélange joyeusement pour danser dans la vaste cour en plein air du Teder, où concerts et DJ sets sont retransmis à la radio. À l’étage, un restaurant fameux, le Romano. Plus intime, l’élégant Herzl 16 nous accueille dans sa jolie cour tapissée de verdure. Pour ceux qui ont encore faim, excellente cuisine fusion à grignoter sur fond d’électro orientaliste. Les bars et clubs du boulevard Rothschild ne sont plus très loin. Lesquels choisir ? Suivez une visite nocturne des meilleurs bars avec l’agence Be Tel Aviv (betelavivtours.com).

Carnet d’adresses.

BONNES TABLES ET PETITES FAIMS.

Attention, nombre d’établissements sont fermés le samedi, durant shabbat.

Pastel, 27 Sderot Sha’ul Hamelech, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : + 972 3 644 7441.

Brut, Nahalat Binyamin St 36, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 510 2923.

Oasis, Montefiore St 17, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 620 6022.

​Yom Tov, Yom Tov St 30, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 969 2434.

Meshek Barzilay, Ahad Ha’Am St 6, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 516 6329.

Manta Ray, Nahum Goldmann St 4, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 517 4774.

Vicky Cristina, HaTachana, Tel Aviv’s Old Railway Station, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 736 7272.

George & John, Auerbach St 6, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 741 0000.

SORTIR, PRENDRE UN VERRE.

Whiskey Bar & Museum, Rav Aluf David Elazar St 27, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 955 1105.

Bicicletta, Nahalat Binyamin St 29, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 643 3097.

The Prince, Nahalat Binyamin St 18, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 58 606 1818.

Haiku Skybar, Lighthouse Hotel, Ben Yehuda St 3, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 766 0500.

Teder, Derech Jaffa 9, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 571 9622.

Herzl 16, Herzl St 16, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 554 4300.

OÙ DORMIR À TEL AVIV ?

The Vera Hotel.

Excellent pied à terre que ce petit boutique hôtel de 40 chambres, fort bien situé à la croisée du boulevard Rothschild, du quartier de Neve Tzedek et de celui de Florentin. Agréable atmosphère, chaleureuse et branchée sans excès, grâce à la déco puisée chez des artisans locaux. Agréable toit-terrasse pour faire son yoga le matin. Prêt de vélos. À partir de 187 € en chambre double.

The Vera Hotel, Lilienblum St 27, Tel Aviv-Yafo, 6513102, Israël. Tél. : +972 3 778 3800.

The Setai.

Classée monument historique, cette ancienne prison ottomane invite à rester à l’ombre… La situation exceptionnelle sur la mer et le port de Jaffa, le cachet des vieilles pierres, les voûtes du bar, tout concourt à faire de cet hôtel (faisant partie des Leading Hotels of the World) une villégiature de luxe. Un couloir de nage panoramique, un salon de coiffure, un spa et un restaurant d’inspiration ottomane, le Jaya. Seule la décoration des chambres aurait mérité un peu plus d’audace. À partir de 545 € en chambre double.

The Setai, David Razi’el St 22, Tel Aviv-Yafo, 6802919, Israël. Tél. +972 3 601 6000.

Brown TLV Urban Hotel.

Dans la famille des hôtels Brown, je demande le plus urbain et trendy : 30 chambres un rien sombres, mais un beau lobby doublé d’un patio à la savante déco rétro, et un toit terrasse avec jacuzzi et une jolie vue sur la mer et le centre-ville. Parfait pour les couples. À partir de 234 € en chambre double.

Brown TLV Urban Hotel, Kalischer St 25, Yafo, 6516505, Israël. Tél. : +972 3 974 7045.

The Drisco Hotel Tel Aviv.

Créé en 1866, 40 ans avant la fondation de Tel Aviv, cet hôtel américain a été oublié pendant 50 ans avant de connaître une renaissance dès 2010 : restauration dans les règles de l’art, puis classement en 5 étoiles pour rejoindre les Leading Hotels of the World. Jolies touches ottomanes dans les 42 chambres et suites, certaines avec vue mer. Voisinage calme : appréciable à Tel Aviv ! À partir de 261 € en chambre double.

The Drisco, Auerbach St 6, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 741 0000.

65 Hotel Tel Aviv.

Central, confortable et plaisant… Cet hôtel de 74 chambres situé sur le boulevard Rothschild permet de rayonner facilement dans le centre-ville. On apprécie le personnel souriant, le petit déjeuner copieux et varié (l’un des meilleurs en ville) et l’happy hour qui permet de grignoter gracieusement bouchées, vins et café. À partir de 213 € en chambre double.

65 Hotel Tel Aviv, Rothschild Blvd 65, Tel Aviv-Yafo, Israël. Tél. : +972 3 767 7677.

Partager :