Partager :

Alors qu’Israël s’est réveillé avec ce qui semble être une nouvelle impasse politique après un quatrième scrutin en moins de deux ans qui n’a pas donné de vainqueur clair, les investisseurs de la bourse israélienne ont fait fi de la nouvelle, les actions évoluant en suivant les signaux des marchés financiers étrangers et non les nouvelles locales.

« Le résultat de l’élection n’affecte pas le marché », a déclaré David Reznik, stratège des marchés de capitaux à la Bank Leumi Le-Israel Ltd. « Il n’y a pas de décision claire et nette pour l’un ou l’autre camp pour le moment, et c’est plus ou moins la situation que nous avons connue ces deux dernières années dans ce pays. Avec toute la tristesse qui en découle, il semble que les gens se soient habitués au fait que c’est comme ça ici, et qu’ils croient que les choses finiront par s’arranger, d’une manière ou d’une autre. »

« Peut-être que le meilleur baromètre indiquant que tout est calme en Israël est le shekel, qui est stable à environ 3,30 NIS pour un dollar et se renforce de près de 1 % par rapport à l’euro, suite à un affaiblissement de l’euro au niveau mondial », a déclaré Reznik. « Le marché accepte la situation avec sérénité. Il n’y a pas de grand drame en ce moment ».

Il se pourrait également que la campagne de vaccination contre le coronavirus menée avec succès par Israël, leader mondial dans ce domaine, qui promet de sortir l’économie de sa léthargie due à la pandémie, parvienne à contrebalancer la morosité liée à l’absence de vainqueur.

« Nous sommes en train de procéder à une réouverture et de mettre le coronavirus derrière nous, du moins pour le moment », a déclaré Reznik. « Il se pourrait que cela compense le résultat des élections et que nous assistions à une stabilité ».

Le produit intérieur brut d’Israël s’est contracté de 2,4 % en 2020, la première contraction depuis 2002 et la pire récession qu’ait jamais connue le pays, mais on est encore loin des prévisions catastrophiques d’une contraction de 6 %, voire de 7 %, annoncées par les économistes lorsque le coronavirus a frappé l’année dernière.

Israël a commencé à rouvrir une grande partie de l’économie au cours des dernières semaines, tout en vaccinant de plus en plus la population contre le COVID-19. Mercredi matin, quelque 5,2 millions de personnes avaient été vaccinées avec au moins une dose et plus de 4,6 millions avec la deuxième dose.

(Times of Israel)

Partager :