Partager :

Un israélien ayant besoin d’une greffe d’organe a voulu quitter le pays pour subir une intervention médicale urgente. Sa sortie du pays lui a été refusée.

Le ministère de la Santé a objecté que l’établissement médical dans lequel il se rendait, était soupçonné de trafic d’organes,et par conséquent, la commission des exceptions a rejeté sa demande. Une discussion a eu lieu ces derniers jours au Comité des exceptions, dirigée par le ministre Tzachi Hanegbi, pour cet israélien qui voulait quitter le pays pour une raison impérieuse. 

Le problème était que ce citoyen israélien, voulait quitter le pays pour subir une transplantation d’organe au Chili. Le Comité des exceptions du ministère des Transports a rejeté cette demande en raison d’une forte opposition du ministère de la Santé, qui a affirmé que l’institution médicale où il est censé subir la greffe est soupçonnée d’être impliquée dans le commerce d’organes.

L’Israélien a fait appel auprès du Comité des réalisations dirigé par le ministre Hanegbi. La commission des objections a tenu une audience houleuse et a finalement rejeté, également, sa demande à une majorité de quatre contre deux. Tzachi Hanegbi était d’avis que le départ de l’Israélien devrait être approuvé et que le comité d’exception n’est pas autorisé à décider si oui ou non, cet homme est autorisé à effectuer des transplantations d’organes dans l’établissement médical en question au Chili.

La commission des objections a rejeté l’appel, contrairement à la position de son président Tzachi Hanegbi. L’Israélien est sur une liste d’attente pour une greffe d’organe en Israël et entre-temps il subit un traitement de dialyse, mais son débit rénal n’est que de 10% et a donc besoin d’une greffe de toute urgence. Le représentant du ministère de la Justice a également appuyé l’opinion de Tzachi Hanegbi et a estimé que la demande devrait être approuvée pour des raisons humaines mais ces deux avis, cependant, étaient minoritaires.

Des représentants du ministère de la Santé se sont battus pour rejeter l’appel et ont fait valoir que le trafic d’organes ne devrait pas être légitimé. Israël a signé la convention internationale contre le trafic d’organes. L’Israélien n’a pas caché les détails de la greffe qu’il était censé subir et a donné le nom de l’organisation.

Le ministère de la Santé a affirmé que c’était une organisation qui opérait à l’origine en Thaïlande, et puis s’est déplacée aux Philippines, puis en Colombie et qu’elle opérait maintenant au Chili, et qu’elle effectuait des transplantations d’organes illégalement. La semaine dernière, les activités du Comité des exceptions ont été considérablement réduites .

Le retour en Israël ne passe plus par l’approbation du comité, et même les Israéliens vaccinés peuvent quitter le pays librement – mais ceux qui n’ont pas encore été vaccinés avec les deux doses doivent obtenir, encore, son autorisation de voler à l’étranger. 

http://www1.alliancefr.com

 

Partager :