Partager :

Nikki Haley a finalement rompu de manière décisive avec Donald Trump dans une démarche qui la place en tête du peloton présidentiel républicain potentiel pour les conservateurs modérés, y compris les Juifs pro-israéliens qui sont restés principalement fidèles au parti au cours des quatre dernières années, grâce ou à cause de la politique étrangère de Trump.

Après avoir été son ambassadrice à l’ONU et ne pas avoir pris position pendant des mois sur ce que ses mensonges sur la fraude électorale signifieraient pour la gestion de son héritage, Haley a opéré la rupture finale vendredi dans une interview à PoliticoLa rhétorique post-électorale incendiaire de Trump, qui, selon les démocrates, a abouti à l’émeute meurtrière du 6 janvier au Capitole américain, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

«Nous devons reconnaître qu’il nous a laissé tomber», a déclaré Haley. «Il a emprunté un chemin qu’il n’aurait pas dû, et nous n’aurions pas dû le suivre, et nous n’aurions pas dû l’écouter. Et nous ne pouvons pas laisser cela se reproduire.

Sa rupture est une décision risquée: Trump commande toujours suffisamment de fidèles dans le parti pour que les sénateurs républicains disent en privé aux gens qu’ils ont peur de le condamner dans son procès de destitution en cours cette semaine.

Mais Haley, l’ancienne gouverneure de la Caroline du Sud, a une idée astucieuse du moment où les conservateurs doivent abandonner les planches pourries. On se souvient qu’elle avait enlevé le drapeau confédéré du Capitole de l’État après qu’un suprémaciste blanc a abattu neuf fidèles noirs à Charleston en 2015. Cette décision, qui aurait provoqué l’indignation une semaine avant le meurtre, s’est déroulée sans accroc.

Haley était jusqu’à présent l’un des rares responsables autour de Trump à avoir réussi à franchir une ligne fine entre le fait de savoir se distancer de certains de ses outrages et gagner sa bénédiction en adoptant son programme. Elle a également été une star parmi les républicains pro-israéliens pour sa promesse en tant qu’ambassadrice de l’ONU de «relever les noms» des pays qui s’opposent systématiquement aux États-Unis lorsqu’ils soutiennent Israël.

En effet, elle avait émergé des années Trump en tant que survivante politique capable de franchir cette ligne jusqu’à la Maison Blanche. Sa nette rupture avec le Trumpisme est un signe que davantage de républicains assis entre deux chaises devront savoir choisir leur camp.

De nombreux Juifs du GOP (Parti Républicain) seront satisfaits de la clarté de décision de Haley et pourraient l’aider dans ses ambitions présidentielles.

Haley a fait de la lutte contre la politique anti-israélienne la pièce maîtresse de son mandat aux Nations Unies, retirant les États-Unis du Conseil des droits de l’homme de l’ONU parce qu’il se focalisait avec une énergie inégalée contre Israël. Elle a également pris les devants dans la décision des États-Unis de réduire le financement de l’UNRWA, l’organisme affilié à l’ONU qui aide les réfugiés palestiniens et qui, selon les républicains, perpétue le conflit. (Le président Joe Biden prévoit d’annuler ces deux politiques.)

https://lessakel.fr

Times of Israel : Nikki Haley broke with Trump. It could make her a Jewish GOP favorite in 2024.

Partager :