Partager :

Coiffeurs, coursiers, esthéticiennes, agriculteurs, chauffeurs de taxi, cultivateurs de marijuana, propriétaires de clubs de jeu, ils figurent tous sur la liste des personnes qui ont fait le plus d’argent au noir durant la crise sanitaire en Israël.

Ilan est un homme célibataire de 35 ans qui travaille comme coiffeur à Tel Aviv, il n’imaginait pas que la pandémie lui ferait autant de bien. Il avait déjà imaginé le pire scénario pour son salon à savoir, sa fermeture, vente de son matériel et partir d’Israël avant de se rendre compte que c’était probablement la meilleure chose qui lui soit jamais arrivée.

«Dans ma vie, je ne pensais pas que les quarantaines me rapporteraient beaucoup d’argent. J’étais sûr que j’allais me ramasser, que j’allais prendre la gifle de ma vie et que je devrais m’enfuir du pays», dit-il. En fait dès les premiers jours du confinement j’ai grimpé au rideau ! »

C’est un de ses amis qui a eu l’idée de poster son numéro de téléphone dans les différents groupes WhatsApp et Telegram, en précisant qu’Ilan était prêt à recevoir des clients qui voulaient se faire couper les cheveux chez lui.

« Depuis lors, le téléphone n’a cessé de sonner. Une semaine avant Pessa’h, j’ai gagné 50 000 shekels au noir. Je travaillais 16 heures par jour. Les clients venaient me voir à des heures impossibles ».

L’industrie des cosmétiques a également prospéré au cours de l’année corona et, selon diverses estimations des autorités fiscales, plus d’un milliard de shekels ont échappé au fisc.

Alona une résidente du Néguev, a fermé son salon de coiffure florissant qu’elle louait et l’a rouvert à l’arrière de sa maison.

«Pendant la période Corona, j’ai gagné des centaines de milliers de shekels. Aujourd’hui encore, mon planning est plein .», dit-elle.

« La crise sanitaire a fermé mon entreprise et l’État m’a accordé des subventions ridicules. Aujourd’hui je compte des centaines de clients par mois, j’emploie une autre coiffeuse et une esthéticienne qui m’aide. »

Avec l’argent qu’elle a gagné au cours de l’année, Alona s’est achetée une voiture de luxe pour 200 000 NIS et a financé les études de ses enfants à l’université.

«Avant cela, je payais des impôts fonciers élevés, la sécurité sociale, l’impôt sur le revenu, la TVA et d’autres dépenses. Aujourd’hui, tout est allé net dans le compte. J’ai travaillé 24 heures sur 24. Dieu merci, je suis en ordre, le corona est une chance et en plus j’ai reçu deux autres subventions de l’état  »

Outre les coiffeurs et les esthéticiennes parmi les chefs d’entreprise qui échappent à l’impôt sont également au sommet de cette pyramide , les agriculteurs dans la vente d’œufs, de fraises, de bananes, d’huile d’olive, les producteurs de fleurs qui viennent directement dans les localités du pays, vendant le produits aux citoyens sans déclarer leurs revenus et ni délivrer des reçus.

Partager :