Partager :

Israël est un des pays les plus égalitaires du monde et cela depuis sa création. Mais les femmes qui travaillent dans le secteur israélien du Capital Risque se heurtent toujours à des obstacles dans leur lutte pour être représentées dans les comités de direction.

Le récent Mastercard Index of Women Entrepreneurs classe Israël au premier rang pour les femmes entrepreneurs, notamment dans le secteur bancaire qui compte un pourcentage relativement élevé de femmes parmi les cadres supérieurs, soit 30 %.

Mais d’autres secteurs, en revanche, étaient clairement dirigés par des hommes. Dans les entreprises industrielles, quelque 94% des cadres étaient des hommes, et dans les entreprises technologiques, ce chiffre était de 93%.

Dans le Capital Risque, le chiffre le plus récent concernant la représentation des femmes investisseurs est de 8 %, d’après un article publié plus tôt cette année par Qumra Capital. « Malheureusement, ce chiffre est presque négligeable », a-t-elle déclaré. La plupart des sociétés de capital-risque israéliennes sont encore des « clubs masculins fermés » où leurs partenaires grandissent ensemble, mangent au même mess pendant leur service militaire ou travaillaient dans la même entreprise avant de fonder leur société de capital-risque.

Nombre des rôles que les femmes occupent dans les fonds sont des rôles de création de valeur et/ou de marketing, et la majorité de ces rôles ne sont pas au niveau des Partners et des directeurs. Il y a des femmes dans des rôles d’associées et même de principales, mais en fin de compte, ce ne sont pas elles qui prennent les décisions sur l’allocation des actifs d’un fonds. « Bien que nous puissions voir de nombreuses femmes dans le secteur du capital-risque, la plupart d’entre elles occupent des postes administratifs ou de création de valeur », a déclaré Avigail Levine, responsable du marketing et des relations avec l’écosystème chez Samsung NEXT TLV.

Comme aux États-Unis, les initiatives visant à aider les femmes à s’émanciper ne manquent pas dans l’écosystème israélien, mais il ne peut y avoir de véritables avancées tant que les salaires ne sont pas transparents dans le secteur de l’aventure. D’autant que cette intégration ne peut qu’être profitable pour les structures : ce n’est pas seulement la compréhension de la technologie (point supposé faible des femmes), mais aussi le marketing, les habitudes de consommation, l’empathie et d’autres compétences qui sont importantes pour gagner et traiter les contrats.

Ceci est révélateur d’un problème plus vaste. Comme le souligne l’enquête du cabinet de stratégie commerciale Extra Mind PR, « quarante-deux pour cent des femmes ont déclaré avoir été victimes de discrimination au cours de leur carrière en raison du plafonnement des salaires ».

Source : News Crunchbase & Israël Valley

Partager :