Partager :

Fils cadet d’Estée Lauder, fondatrice de l’empire de cosmétiques est président du congrès juif mondial. Alors qu’il officiait comme ambassadeur des Etats-Unis en Autriche dans les années 1980, Ronald Lauder s’est découvert une âme de promoteur de la culture juive et du soutien à Israël. Cherchant à soutenir les communautés juives d’Europe centrale, il ouvre dans les années 1980 une trentaine d’écoles hébraïques et préside depuis 2007 le Congrès juif mondial.

Mais c’est aussi un grand amateur d’art et, à l’heure où les institutions culturelles du monde entier se débattent contre la pandémie, le magnat des cosmétiques et philanthrope a fait don de 91 pièces d’armes et d’armures au Metropolitan Museum of Art, ce que l’institution new-yorkaise qualifie de don le plus important de ce type depuis 80 ans.

« Quand je collectionnais, je le faisais en pensant au Met », a-t-il déclaré dans une interview. « Beaucoup de choses que j’achetais étaient des choses que le Met n’avait pas. »

R. Lauder, qui a refusé de révéler la valeur de la donation, a déclaré qu’il avait décidé de donner à un moment où tant de musées étaient inquiets pour l’avenir. Il est important de dire : « Nous nous soucions toujours des institutions », a-t-il déclaré. « C’est un symbole important ».

« Il nous connaît bien, car lors de ces réunions, nous discutons de nos succès et de nos ambitions et parfois de nos limites », a déclaré M. Terjanian. « Il a eu beaucoup, beaucoup d’années pour apprendre à nous connaître, et il a profité de cette position pour nous aider ».

Plusieurs des objets donnés comblent des lacunes dans la collection du Met et permettront au musée de présenter un récit plus complet de la fin du Moyen Âge à la Renaissance. Les gantelets assortis de l’armure de Greenwich, par exemple, seront réunis avec l’armure à laquelle ils appartenaient à l’origine — la tenue désormais complète sera exposée pendant six mois à partir du début de ce mois.

« Nous avions des lacunes évidentes qui nous empêchaient de montrer ce qui se passait à certains endroits et à certains moments », a déclaré M. Terjanian. « Ces armures complètes peuvent ancrer des groupes d’objets que nous avions mais pour lesquels nous n’avions pas beaucoup de contexte. C’est un ensemble très complet d’histoires que ce don nous permet de raconter ».

Par ailleurs, en achetant en 2006 le Portrait d’Adèle Bloch-Bauer par Gustav Klimt pour 135 millions de dollars, il a relié deux de ses passions : celle de l’art viennois et son combat pour la restitution des œuvres spoliées par les nazis. Ce tableau, « l’achat d’une vie », est aujourd’hui le point d’orgue de la Neue Galerie, le musée privé qu’il a ouvert en 2001 à quelques encablures du Met.

Source : New York Times & Israël Valley

Partager :