Partager :

Le programme Hybrid Accelerator de six mois a été créé par des anciens de l’unité 8200, division de cybersécurité des Forces de défense israéliennes (FDI) et il est destiné à entrepreneurs arabes israéliens intéressés par des projets en haute technologie. Les séminaires de formation, qui ont débuté en 2016, sont organisés en partenariat avec d’autres organismes tels que le ministère de l’économie et la banque Hapoalim.

Comme les Israéliens arabes choisissent généralement de ne pas servir dans l’armée, ils n’y nouent pas les liens qui peuvent s’avérer précieux pour leur future carrière et ils ne reçoivent pas non plus la formation de haute technologie que certaines unités militaires dispensent. Ils ne sont, en tout cas, pas autorisés à servir dans l’unité 8200, pour des raisons de sécurité.

« Ce que nous essayons de faire, c’est d’utiliser le réseau 8200 et les connexions à l’écosystème hybride pour les communautés arabes qui participent à ce programme », a déclaré Mme Gastfreund, responsable du projet.

Les entrepreneurs arabes israéliens sont censés venir à l’Accélérateur hybride avec une idée et repartir avec une entreprise qui peut fonctionner, a déclaré Mme Gastfreund. La différence entre l’accélérateur hybride et les autres accélérateurs est l’accent mis sur les différences culturelles. « Nous savons qu’ils ont parfois des problèmes avec la langue, et nous devons travailler davantage sur les terrains. Parfois, les normes dans leur communauté sont différentes de celles des autres communautés : Leurs parents s’attendaient à ce qu’ils acquièrent des compétences spécifiques, et non à ce qu’ils soient des travailleurs de haute technologie ».

Il est un peu plus difficile d’obtenir le financement, principalement parce que nous [les co-fondateurs] sommes deux Arabes, mais la situation s’améliore. Dans les années à venir, je pense qu’elle s’améliorera encore plus. Ce n’est pas une chose raciste ; je pense que c’est simplement parce que nous n’avons pas les connexions que d’autres ont. Mais le gouvernement israélien pourrait apporter son aide grâce à ses nouveaux liens officiels avec les Émirats arabes unis et le Bahreïn.

Zada Haj, récemment diplômée du programme Hybrid, féministe, ingénieur est fondatrice de Daifco, une plateforme en ligne qui met en relation les médias avec des experts sur différents sujets. Les obstacles qu’elle rencontre, notamment en matière de financement, sont liés à des questions de genre. « Lorsque j’ai commencé, je ne connaissais pas beaucoup de gens dans le domaine de la haute technologie, mais je me souviens que lorsque j’ai postulé sur Google… je n’avais personne à l’intérieur pour me guider et me dire quoi dire lors de l’entretien, quoi faire, comment le faire. Il n’y a pas de grande sœur dans le domaine de la haute technologie ».

Source : The MediaLine & Israël Valley

Partager :