Partager :

Une université israélienne lance le tout premier « diplôme coronavirus ».

«La plupart des facultés de médecine d’aujourd’hui ne possèdent pas les connaissances nécessaires  en matière de technologie», a déclaré Raphaël Barkan

La pandémie du nouveau coronavirus a non seulement radicalement changé le monde, mais a forcé les médecins et autres professionnels de la santé à revoir leur façon de pratiquer la médecine, selon Eduard Yakubov, président de l’Institut de technologie Holon.

En réponse, son institut a repensé ses offres et a développé un programme axé sur la formation d’un groupe de médecins du 21e siècle qui non seulement savent être d’excellents cliniciens et chercheurs, mais sont également capables de naviguer dans la technologie de pointe du monde numérique.

Le nouveau programme du diplôme «coronavirus», officiellement connu sous le nom de diplôme en «technologies médicales numériques» à HIT, est l’idée originale du Dr Raphaël Barkan, vice-président de l’école de l’entrepreneuriat, de l’innovation et des affaires internationales.

«Pendant le coronavirus, les médecins devaient utiliser la télémédecine, des outils de données et des applications afin de communiquer avec, traiter et diagnostiquer leurs patients

Il a déclaré que le pays n’avait d’abord pas réussi à naviguer sur ce territoire, devant recruter dans d’autres corporations pour les aider à passer du stylo et du papier aux ordinateurs et autres outils numériques.

Raphaël Barkan, qui est à la fois médecin et informaticien, avait déjà commencé à concevoir le nouveau programme avant COVID-19. Mais il a déclaré que le virus avait servi de catalyseur pour le compléter et le faire décoller. Tout a commencé avec une cohorte de nouveaux étudiants en octobre.

« L’idée est de former des médecins et des analystes médicaux technologiquement avertis », a déclaré Raphaël Barkan.

Le programme combine les sciences de base – chimie, biologie, physique – avec des études sur les technologies de l’information et l’entrepreneuriat.

Les étudiants travaillent avec tous les principaux fonds de santé et hôpitaux d’Israël pour acquérir une expérience pratique.

L’école abrite également plusieurs laboratoires, dont ce qu’elle appelle un « Living Lab »: un espace ouvert de recherche et d’innovation sous la forme d’un appartement équipé de capteurs intelligents conçu comme un lieu multidisciplinaire.

Le Living Lab aborde les défis auxquels font face les personnes âgées dans leur environnement familial, y compris les perspectives physiologiques / fonctionnelles, cognitives et comportementales / mentales.

Le laboratoire facilite également le développement et la mise en œuvre de technologies de soins à domicile », selon une brochure fournie par l’école.

En outre, un laboratoire de conception et d’ingénierie d’assistance médicale aide les étudiants à  développer des solutions médicales et d’assistance innovantes  combinant la conception, l’ingénierie et l’informatique, entre autres compétences.

Selon Barkan et Yakubov, les diplômés sont censés poursuivre leurs études médicales dans un programme médical de quatre ans ou devenir analystes médicaux.

«Nous créons le futur ici chaque jour», a déclaré Yakubov à propos de HIT.

Raphaël Barkan a ajouté: «Le coronavirus aura un effet positif sur l’enseignement de la médecine dans tant d’autres domaines.»

Sources : alliancefr.com

Partager :