Partager :

Des dizaines de laboratoires d’héroïne ont été créés en Israël pendant la période Corona.

C’était l’une des drogues les plus populaires en Israël dans les années 80 et 90, et après avoir relativement disparu ces dernières années, la demande de cette drogue mortelle est à son apogée.

Les trafiquants de drogue israéliens, qui ont réalisé le potentiel économique, ont mis en place ces derniers mois des laboratoires improvisés dans lesquels ils produisent la drogue de mauvaise qualité et la font passer en contrebande en Égypte.

Les principaux trafiquants de drogue en Israël ont mis en place ces dernières semaines des laboratoires improvisés et sophistiqués pour la production d’héroïne de contrefaçon de qualité médiocre qui pourrait nuire, voire entraîner la mort des consommateurs de drogue, considérée comme l’une des drogues les plus addictives au monde.

Les informations obtenues montrent qu’en raison de la forte demande d’héroïne en Israël, en particulier pendant la période Corona, ainsi que de la demande croissante de drogues dures parmi de nombreux consommateurs en Égypte, pays voisin, les principaux trafiquants de drogue israéliens ont mis en place des laboratoires improvisés de fabrication d’héroïne en Israël et dans toute l’Égypte.

Pour les trafiquants de drogue, il s’agit d’un accord lucratif après que le prix de la drogue mortelle en Israël a grimpé ces derniers mois depuis le déclenchement de la crise corona de 90000 NIS par kilogramme à 200000 NIS, et que le prix d’une héroïne propre et pure, sans mélange avec d’autres substances, peut atteindre 200 NIS, tandis que le prix d’un gramme d’héroïne dilué varie de 100 NIS à 150 NIS.

«La plupart des frontières sont fermées à la contrebande et il y a un peu de contrebande d’héroïne à travers la frontière avec le Liban ou la Jordanie mais pas en grande quantité», explique un policier. « Face à la forte demande durant la période Corona , les trafiquants ont été amené à la diluer avec toutes sortes de mélanges de substances mortelles. »

«J’estime que des dizaines de personnes sont mortes en Israël au cours de l’année écoulée à cause de cette drogue, ainsi que des milliers de personnes qui ont perdu la vie en Égypte. Ce n’est un secret pour personne qu’au cours de la période Corona, l’état mental de bon nombre de personnes s’est détérioré, et certaines ont choisi de fuir dans les drogues hallucinogènes ou l’héroïne pour échapper à la dure réalité. «de nombreux laboratoires improvisés pour la production de la drogue se sont ouverts durant cette période», ajoute le même officier.

Comme mentionné, l’héroïne, qui est considérée comme la drogue de rue la plus addictive au monde, a relativement disparu de la conscience des toxicomanes en Israël au cours des deux dernières décennies, mais récemment, elle « prospère à nouveau » et, en raison de la forte demande, des dizaines de laboratoires improvisés ont été créés dans tout le pays.

Ceux qui la font passer en contrebande d’Israël vers l’Égypte sont principalement d’éminents trafiquants de drogue de la diaspora bédouine, qui ont récemment introduit en contrebande des centaines de kilos d’héroïne mélangée ou contrefaite en Égypte.

« Habituellement,le processus est inversé. Les drogues passent de la contrebande d’Egypte en Israël, mais dans le cas de l’héroïne, qui est considérée comme une drogue recherchée en Egypte et dont dépende des millions de citoyens égyptiens, la roue a tourné et en raison de la grave pénurie, les Bédouins qui vivent en Israël profitent de la situation et c’est au tour d’Israël de devenir producteur d’héroïne. »

On a également appris que des détectives du poste de police d’Ar’ar, aidés par des combattants de la frontière sud, ont perquisitionné des bâtiments appartenant à la tribu Al-Huashla près de Dimona et saisi un laboratoire de production d’héroïne avec 2,5 kg d’héroïne mélangés à diverses substances.

Le montant saisi était déjà divisé en sacs par portion, et en plus, 50 000 shekels en espèces, des centaines de milliers de livres égyptiennes et divers produits chimiques ont été saisis sur place. Les trois suspects surpris sur les lieux, tous dans la vingtaine, ont été arrêtés comme impliqués dans la production d’héroïne et l’exploitation du laboratoire.

Source : alliancefr.com

Partager :