Partager :

Le Soudan et Israël ont convenu de normaliser leurs relations, sous l’égide du président américain Donald Trump. Ce rapprochement historique, visant à mettre fin à des décennies d’hostilités entre Khartoum et l’État hébreu, a été salué par de nombreux dirigeants, mais a également été critiqué par l’autorité palestinienne et l’Iran.

Le Soudan et Israël ont accepté vendredi 24 octobre d’entamer la normalisation de leurs relations diplomatiques au terme d’une médiation américaine. Le président américain Donald Trump a obtenu cet accord lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le chef du gouvernement soudanais, Abdalla Hamdok, et le président du Conseil de transition, Abdel Fattah al Bourhan. Le Soudan est le troisième pays arabe depuis août à annoncer une normalisation de ses relations avec Israël, après les Émirats arabes unis et Bahreïn.

Cette annonce a suscité de nombreuses réactions à travers le monde. Les États-Unis qui ont œuvré pour ce rapprochement s’en sont bien entendu félicités. « IMMENSE victoire pour les États-Unis et pour la paix dans le monde. Le Soudan a accepté un accord de paix et de normalisation avec Israël! », a ainsi tweeté Donald Trump. Il a affirmé « qu’au moins cinq » pays arabes supplémentaires comptaient emboîter le pas de Khartoum, lors d’un entretien téléphonique avec les Premiers ministres du Soudan et d’Israël, peu après l’annonce. « Et nous en aurons beaucoup plus que ça bientôt », a-t-il ajouté.

Les félicitations de l’Égypte

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a qualifié de « formidable revirement » l’évolution des relations diplomatiques avec le Soudan.

En Égypte, le président Abdel Fattah al-Sissi, dont le pays a été le premier de la région à nouer des relations diplomatiques avec l’État hébreu en 1979, a en revanche « salué les efforts conjoints des États-Unis, du Soudan et d’Israël concernant la normalisation des relations entre le Soudan et Israël ». « J’apprécie tous les efforts visant à parvenir à la stabilité et à la paix dans la région », a-t-il tweeté.

 

Le Bahreïn, qui a signé en septembre un accord de normalisation avec Israël, a aussi félicité les deux pays pour cette « étape historique », dans un communiqué de son ministère des Affaires étrangères. Manama a réitéré son soutien au Soudan « dans ses efforts incessants pour la transition vers un nouveau stade de développement, de progrès et de prospérité, et afin d’exercer un rôle actif et constructif dans la communauté internationale ».

Les Émirats arabes unis, qui ont également normalisé leurs relations avec Israël cet été, ont aussi applaudi la décision du Soudan de nouer des liens avec l’État hébreu. « La décision du Soudan d’établir des relations avec Israël est une étape importante pour la consolidation de la sécurité et de la prospérité dans la région », selon le ministère des Affaires étrangères cité par l’agence de presse officielle émiratie.

Source : france24.com

Avec AFP et Reuters

Partager :