Partager :

TRUMP A LA MAISON BLANCHE. Un article de (1) : « On ne le dit pas trop fort parce que c’est quand même la Maison Blanche, mais dans les couloirs, on n’en pense pas moins. « Vaccin, vaccin, vaccin… Donald Trump n’a plus que ce mot à la bouche », chuchote à franceinfo un habitué des prises de parole du principal locataire des lieux. « Il n’y a pas une intervention où il n’en parle pas, c’est flagrant. » Lors des réunions, « pas grand-chose d’autre ne retient son attention », vont jusqu’à remarquer certains membres de l’administration américaine*, selon ce que rapporte le Washington Post. Il faut dire que le 45e président des Etats-Unis, lui-même testé positif au Covid-19 le 2 octobre, a pris un sacré engagement en promettant de fournir un vaccin contre le coronavirus à ses 330 millions de concitoyens avant la fin de l’année. Et si possible même avant l’élection du 3 novembre.

Donald Trump s’y accroche si fermement qu’il l’a fait inscrire noir sur blanc dans son programme*, dans la partie intitulée « Eradiquer le Covid-19 ». « J’ai remarqué qu’il commence des briefings en évoquant le vaccin alors que ce n’est pas forcément l’actualité du moment », certifie David Smith, journaliste accrédité à la Maison Blanche pour le quotidien britannique The Guardian. « C’est comme si c’était plus fort que lui. » 

Il est obnubilé par le vaccin, il revient sur le sujet dès qu’il peut.David Smith, correspondant à Washington pour « The Guardian »à franceinfo

Même ses meetings prennent désormais des allures de colloques médicaux. « Il arrive bientôt », a-t-il promis, lundi 21 septembre*, aux habitants de Swanton (Ohio) venus l’applaudir. Rebelote le lendemain, 400 kilomètres plus à l’Est, du côté de Pittsburgh (Pennsylvanie) : il est cette fois venu vanter ce « vaccin » en passe d’être fabriqué et distribué « en un temps record ». On a compté : à Fayetteville* (Caroline du Nord), samedi 19 septembre, il a prononcé le mot « vaccin » à treize reprises en deux heures, soit une fois toutes les neuf minutes. Dix jours plus tard, le milliardaire ne s’est pas non plus privé d’en toucher quelques mots lors du premier débat présidentiel entre les deux candidats à la Maison Blanche. « Nous sommes à quelques semaines d’avoir ce vaccin », s’est-il félicité, la moue satisfaite ».

(1) Selon : francetvinfo.fr

Partager :