Partager :

EDITORIAL DE L’EXPRESS. Les Émirats arabes unis, Bahrein et Israël ont signé à Washington un accord historique destiné à normaliser leurs relations.

Historique. C’est le qualificatif le plus utilisé par les défenseurs de l’accord. « Une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe », avait soutenu dès l’annonce le Premier ministre israélien. L’annonce de cet accord avait été faite par Donald Trump, dans un tweet : « Une ÉNORME avancée », avait écrit le président américain en louant un « accord de paix historique » entre « deux GRANDS amis » de Washington.

Tout d’abord, c’est dans un cadre économique, et politique, que cet accord s’inscrit. Il marque un nouveau renforcement des relations entre les deux puissances dans ces domaines. « J’ai eu une discussion trilatérale avec le président américain Trump et le cheikh (émirati) Ben Zayed et nous avons convenu d’un accord de paix complet avec des échanges d’ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv », avait déclaré le PM israélien. Il avait expliqué que les Émirats vont investir « des sommes importantes » en Israël. « Il s’agit d’une ouverture pour la paix dans la région », avait ajouté le Premier ministre israélien. (www.lexpress.fr/)

LE PLUS. Discours intégral du PM (Washington). Avant la signature de l’accord de normalisation entre Israël, les Emirats arabes unis et Bahreïn, le président Donald Trump, le Premier ministre israélien et les ministres des Affaires étrangères des deux Etats arabes se sont exprimés.

Binyamin Netanyahou: « C’est un grand jour et un tournant historique. Il annonce une nouvelle aube de paix. Depuis des milliers d’années, le peuple juif prie pour la paix et depuis des décennies l’Etat d’Israël prie pour la paix. En ce jour, nous ressentons une profonde reconnaissance. Je vous remercie, cher président Trump, pour votre leadership déterminé. Vous vous êtes rangé de manière résolue aux côtés d’Israël, vous vous êtes dressé avec courage contre les tyrans iraniens de Téhéran, vous avez proposé une vision réaliste de paix entre Israël et les Palestiniens et vous avez réussi à être médiateur dans le cadre de cet accord de paix historique que nous nous apprêtons à signer. Une paix qui jouit d’un large soutien en Israël, aux Etats-Unis, au Moyen-Orient et dans le monde entier.

Je remercie les prince-héritier Mohammed ben Zayed des Emirats arabes unis et vous-même, le ministre des Affaires étrangères Abdallah ben Zayed. Je vous remercie tous deux pour votre leadership clairvoyant et pour votre collaboration avec les Etats-Unis et Israël afin d’élargir le cercle de la paix. Je remercie aussi le roi Hamed du Bahreïn et vous-même, le ministre des Affaires étrangères Abdelatif al-Ziyani pour vous être joints à l’apport de cet espoir pour les descendants d’Abraham.

A tous les amis d’Israël au Moyen-Orient, ceux qui sont là aujourd’hui et ceux qui nous rejoindront demain, je dis ‘Peace, Salaam Aleikoum, Shalom’ ! Vous avez entendu le président dire qu’il y a déjà une liste de pays supplémentaires. Il y a encore quelques années, on ne pouvait même pas imaginer une telle chose, mais grâce à la détermination et l’esprit de décision, et dans une manière nouvelle de concevoir la paix, cela se produit. Merci, monsieur le président !

Mesdames et messieurs, la population d’Israël connaît le prix de la guerre. Moi aussi je le connais. J’ai été blessé au combat, un bon ami à moi est mort dans mes bras, et mon frère Yoni a été tué lors d’une opération de libération d’otages à Entebbe. La douleur de mes parents à la mort de Yoni me hantera jusqu’à la fin de mes jours. Au cours des années, j’ai très souvent rendu à des familles endeuillées par le terrorisme, et j’ai vu cette même douleur. C’est pour cela que je suis ému d’être ici aujourd’hui. Ceux qui portent sur eux les cicatrices de la guerre ressentent le mieux les bénédictions que procure la paix.

Ces bénédictions de la paix que nous signons aujourd’hui sont prodigieuses. Premièrement, parce que cette paix grandira et inclura d’autres pays et finira par résoudre définitivement le conflit israélo-arabe. Deuxièmement, grâces aux effets économiques gigantesques qui rejailliront sur toute la région et sur chacun de nos citoyens, et troisièmement, parce qu’il ne s’agit pas seulement de paix entre dirigeants, mais entre les peuples et les personnes.

Israéliens, Emiratis et Bahreïnis sont déjà en train de le concrétiser. Nous sommes avides d’investir dans un avenir de coopération, de succès et de paix. Nous avons d’ailleurs déjà commencé à collaborer dans la lutte contre le Corona et je suis convaincu qu’ensemble, nous trouverons des solutions aux problèmes et défis qui influent sur la vie de notre région.

Alors, malgré les nombreux défis et les tracas auxquels nous faisons tous face, arrêtons-nous un instant pour apprécier ce jour si particulier. Elevons-nous au-dessus des divergences politiques et mettons le cynisme de côté. Ressentons en ce jour le battement d’ailes de l’Histoire. La paix que nous faisons aujourd’hui survivra bien après la disparition de cette pandémie.

Mesdames et messieurs,

J’ai consacré ma vie pour garantir la place d’Israël parmi les nations, assurer l’avenir du seul Etat juif au monde. Afin d’atteindre cet objectif, j’ai œuvré pour qu’Israël soit un Etat très fort. Car l’Histoire nous apprend que la force entraîne la sécurité, la force entraîne des alliances, et en fin de compte, et c’est ce que le président Trump dit continuellement, la force amène la paix. Le Roi David a exprimé cette vérité élémentaire il y a des milliers d’années dans notre capitale éternelle Jérusalem. Sa prière contenue dans les Psaumes qui viennent de notre lointain passé et annoncent un futur brillant : ‘Dieu donne la force à Son peuple, Dieu bénira son peuple par la paix’.

Monsieur le président, chers invités, nous célébrons dans quelques jours Roch Hachana, le Nouvel an juif, et quelle belle bénédiction cette nouvelle année nous amène-t-elle : une bénédiction d’amitié, d’espoir et de paix ».

Après les discours, s’est tenue la cérémonie de signature des traités de normalisation ainsi qu’un document appelé « pacte d’Abraham ». (lphinfo.com)

EDITORIAL DE L’EXPRESS. Les Émirats arabes unis, Bahrein et Israël ont signé à Washington un accord historique destiné à normaliser leurs relations.

Historique. C’est le qualificatif le plus utilisé par les défenseurs de l’accord. « Une nouvelle ère commence dans les relations entre Israël et le monde arabe », avait soutenu dès l’annonce le Premier ministre israélien

L’annonce de cet accord avait été faite par Donald Trump, dans un tweet : « Une ÉNORME avancée », avait écrit le président américain en louant un « accord de paix historique » entre « deux GRANDS amis » de Washington.

  • Une coopération économique renforcée

Tout d’abord, c’est dans un cadre économique, et politique, que cet accord s’inscrit. Il marque un nouveau renforcement des relations entre les deux puissances dans ces domaines. « J’ai eu une discussion trilatérale avec le président américain Trump et le cheikh (émirati) Ben Zayed et nous avons convenu d’un accord de paix complet avec des échanges d’ambassadeurs et des échanges commerciaux y compris des vols directs entre Abou Dhabi et Tel-Aviv », avait déclaré le PM israélien.

Il avait expliqué que les Émirats vont investir « des sommes importantes » en Israël. « Il s’agit d’une ouverture pour la paix dans la région », avait ajouté le Premier ministre israélien.

www.lexpress.fr/

 

Partager :