Partager :

L’Autorité israélienne des sociétés s’est déclarée favorable mardi à l’acquisition de plus de 40% du capital d’El Al par Eli Rozenberg, originaire des États-Unis.

Une position qui constitue un véritable retournement de situation, alors que la candidature du jeune homme pour le rachat de la compagnie aérienne semblait jusqu’à maintenant ne pas avoir été prise au sérieux par les autorités du pays.

Eli Rozenberg, un étudiant de yeshiva qui réside à Jérusalem, est le fils de l’homme d’affaires Ken Rozenberg, fondateur et PDG de Centers Health Care, l’un des plus grands groupes de maisons de retraite des États-Unis.

Pour apporter la preuve de son sérieux, Eli Rozenberg a proposé de transférer immédiatement 75 millions de dollars supplémentaires (environ 63 millions d’euros) à El Al en échange de 44,99% de l’entreprise, ce qui ferait de lui l’actionnaire majoritaire de l’entreprise.

Il a déjà déposé 15 millions de dollars (12,6 millions d’euros) sur un compte en fidéicommis ouvert par son avocat.

« Je tiens à remercier l’Autorité des sociétés pour sa diligence et son professionnalisme. Mon offre représente le seul moyen de remettre El Al sur pieds et de la faire progresser à sa juste place », a déclaré Eli Rozenberg dans un communiqué.

On ignore encore si Knafaim, la société mère de la compagnie aérienne qui détient la majorité des parts de celle-ci, se montrera finalement disposée à la vendre. Elle a jusqu’à présent rejeté cette offre.

El Al a été touchée de plein fouet par les retombées économiques de la crise sanitaire. Accusant des pertes vertigineuses, elle a été contrainte le mois dernier d’accepter un plan de sauvetage de l’Etat.

https://www.i24news.tv

Partager :