Partager :

BUDGET ISRAËL. A Bleu-Blanc, on reste déterminé à aller jusqu’au bout pour trois raisons : on pense que l’économie israélienne a besoin d’une budget à plus long terme, on craint que Netanyahou veuille un budget sur un an afin de se réserver une porte de sortie sur l’accord de rotation lors des négociations sur le budget 2021 et enfin, on considère que l’annulation de la clause du budget biennal dans les accords de coalition ne soit le prélude à d’autres modifications jusqu’à les vider de leur substance.

Selon la Loi fondamentale du gouvernement, un budget se doit d’être adopté en 3e lecture dans les 90 jours au maximum qui suivent la formation d’un gouvernement, soit en l’occurrence au plus tard le 25 août prochain.

Si aucun accord n’est trouvé d’ici là, deux options sont possibles : le vote accéléré d’une loi repoussant le délai, dans l’espoir d’un compromis, soit la tenue de nouvelles élections au mois de novembre 2020 ou février 2021. (LPH)

EDITORIAL DE LPH . (lphinfo.com)

La tension monte encore d’un cran entre le Likoud et Bleu-Blanc à propos du vote du budget. Samedi soir, le Likoud a adressé des messages fermes au parti de Benny Gantz : « Si vous vous opposez à la loi budgétaire sur une année que prépare le ministre des Finances Israël Katz, Israël ira vers de nouvelles élections ». Bleu-Blanc s’obstine à vouloir un budget biennal alors que le Premier ministre et le ministre des Finances souhaitent un budget à plus court terme à cause de l’incertitude due au Corona. Samedi soir sur la chaîne Hadashot 13, le ministre Ofir Akounis a appelé Bleu-Blanc à se ressaisir sous peine d’entraîner le pays dans un quatrième tour!

Le ministre de la Sécurité intérieure Amir Ohana a déclaré que personne ne souhaite de nouvelles élections mais qu’un budget biennal serait irresponsable en cette conjoncture, de l’avis de la plupart des économistes.

Bleu-Blanc accuse de son côté le Premier ministre de « se livrer à des combines politiques » et exige que les accords de coalition soient respectés, à savoir un budget sur deux années.

 

Le rav Raphy Peretz réagit à l’attentat

 

Partager :