Partager :

La Direction de la Recherche et du Développement de la Défense, connue sous son acronyme hébreu MAFAT, a développé avec succès ces dernières semaines des dizaines de technologies qui permettraient de réduire considérablement le temps nécessaire à la détection du coronavirus chez les porteurs suspects, a déclaré le ministère de la Défense.

Certains d’entre eux sont actuellement testés cliniquement en Israël, « mais afin d’achever les recherches et de prouver leur efficacité », ils doivent être testés à plus grande échelle et avec un grand nombre de patients atteints de coronavirus, indique le communiqué de presse.

Comme il n’est pas possible de procéder à des essais massifs avec de nombreux porteurs de la maladie en Israël, les technologies sont apportées en Inde, qui compte un nombre beaucoup plus important de patients atteints de coronavirus. « La coopération entre Israël et l’Inde permettra à la délégation de collecter des dizaines de milliers d’échantillons en seulement 10 jours, et de les amener en Israël pour les déchiffrer dans des systèmes informatiques basés sur l’intelligence artificielle », selon le communiqué de presse.

« L’ensemble du ministère de la Défense est mobilisé pour lutter contre le coronavirus », a déclaré le ministre de la Défense Benny Gantz. « Nous espérons que les efforts de recherche et de développement menés par le MAFAT, en collaboration avec nos excellentes universités et industries, conduiront à une percée qui changera la façon dont nous diagnostiquons et combattons le virus ».

« Quatre systèmes technologiques seront testés : le test vocal, le test de l’alcootest basé sur les ondes terra-hertz, le test isotherme et le test des polyaminoacides », selon un communiqué de presse.

Sources et Copyrights : Times of Israel;

 

Partager :