Partager :

EDITORIAL DE T.O.I. Les preuves dérangeantes d’un leadership déconnecté  se sont multipliées. Réunis depuis la fin de la nuit de jeudi dernier jusqu’aux premières heures de vendredi matin, le Premier ministre et ses collègues sont sortis de leur vidéoconférence pour ordonner la fermeture des restaurants du pays jusqu’à nouvel ordre, à l’exception des livraisons et des plats à emporter, à partir de 17 heures vendredi après-midi.

De toute évidence, personne dans le plus coûteux gouvernement de l’histoire d’Israël n’en savait assez, ou ne s’en souciait assez, pour réaliser que donner seulement 14 heures à l’industrie de la restauration pour fermer était une mesure impossible.

De toute évidence, pas un seul des quelques trente ministres n’a reconnu que les restaurants passent des commandes aux fournisseurs à l’avance, qu’ils reçoivent les livraisons à l’avance, préparent les repas, organisent le personnel, prennent les réservations… que l’ensemble du secteur et sa chaîne d’approvisionnement, déjà malmenés et épuisés par les ravages de la première vague de COVID-19, ne devaient et ne pouvaient pas être tout simplement fermés à tout moment après un décret ministériel.

C’est ainsi que les restaurateurs – dont l’industrie emploie directement quelque 200 000 Israéliens et est au cœur de la vie d’un million de personnes – se sont rebellés. Lorsque la nouvelle de la décision leur est parvenue, alors que leur personnel commençait à se préparer pour les services de la journée à venir, beaucoup d’entre eux ont simplement dit : Non, nous n’allons pas obéir. Mettez-nous des amendes. Arrêtez-nous. Faites ce que vous voulez, mais nous ne fermerons pas.

Une heure avant l’entrée en vigueur de la fermeture, alors que de nombreux restaurants respectueux de la loi avaient consciencieusement annulé leurs réservations, renvoyé le personnel chez lui et jeté ou donné de la nourriture, le gouvernement a changé d’avis et a reporté l’ordre de fermeture à mardi matin, causant ainsi de nouveaux dégâts.

Copyrights, tous droits réservés. https://fr.timesofisrael.com

Partager :