Partager :

A l’occasion de Yom Yeroushalaim, notre émission de ce mercredi. Question (1). Jérusalem et le « Jerusalem College of Technology ».  L’importance de cet Institut? Question (2). « JVP » de Erel Margalit.  « Jerusalem Venture Partners », un fonds de capital risque basé à Jérusalem, son importance? Question (3). Deux firmes emblématiques de Jérusalem. Pouvez-vous nous en parler?

A. JCT. UN INSTITUT DE TECHNOLOGIE A JERUSALEM.

L’Institut de technologie de Jérusalem (Jerusalem College of Technology (JCT), est un Institut juif religieux. Les campus principaux (instituts Lev et Neveh) sont situés à Givat Mordechai, un quartier de Jérusalem.

D’autres campus sont situés à Givat Shaul et Ramat Gan. Le JCT délivre des diplômes, licences et maîtrises dans plusieurs domaines d’études combinés avec une étude intensive de la Torah.

L’institut a été fondé en 1969 par le professeur Ze’ev Lev, spécialisé en ingénierie high-tech, gestion industrielle, sciences biomédicales et biologie. Le JCT est particulièrement connu pour sa faculté électro-optique. L’établissement est entièrement accrédité par le Conseil de l’enseignement supérieur en Israël , la principale autorité supervisant les institutions académiques d’Israël.

Quelque 4 000 étudiants sont actuellement inscrits au JCT, avec un corps professoral de plus de 500 professeurs, enseignants et chercheurs. La mission de l’université est de former des étudiants « qui voient la synthèse des valeurs juives et d’une profession comme mode de vie ; former des professionnels de grande qualité pour l’industrie high-tech en Israël et qui établiront des industries qui leur sont propres ; Éduquer des leaders industriels s’engageant fermement à Israël, un mode de vie juif, et pour l’amélioration du peuple juif et du monde ».

L’objectif du JCT pour apporter l’enseignement supérieur aux communautés défavorisées est plus évident dans leurs programmes EFE (Education for Ethiopians) et Haredi Integration. Machon Lev possède des campus séparés pour les hommes et les femmes afin de permettre aux communautés orthodoxes et ultra-orthodoxes, qui constituent la majorité de ses étudiants et exigent cette séparation pour des raisons religieuses.

B. LE JERUSALEM VENTURE PARTNERS.

JVP – Jerusalem Venture Partners est un Fonds de capital-risque spécialisé dans les investissements dans les startups web (digital médias, software, stockage, cyber-sécurité, etc.). « Aujourd’hui, les meilleures opportunités se trouvent en Europe et en Asie », affirme Erel Margalit, fondateur de la société.

Erel Margalit, est un entrepreneur israélien de haute technologie et social.

La banque d’investissement publique Bpifrance a investi un montant important dans le nouveau fonds de capital-risque de JVP.  Cet investissement est le premier investissement de Bpifrance dans un fonds de capital-risque israélien.

« Installé dans un vaste bâtiment blanc dans les hauteurs de la Ville Sainte, JVP est l’un des premiers fonds du pays. Fondé en 1993, il a levé plus de 1 milliard de dollars et créé 120 entreprises, dont 12 ont été introduites au Nasdaq, l’indice des valeurs technologiques américaines.

Erel Margalit était en France récemment : « La France a besoin d’écrire un récit national pour ses jeunes générations, et ce récit, c’est l’innovation, explique-t-il. L’Allemagne dispose du leadership européen sur l’industrie, la France doit conquérir le leadership en matière de start-up.

« L’innovation est la langue de la diplomatie » pour Erel Margalit. « Oui la tech permet de cohabiter et d’intégrer les minorités, mais c’est d’abord le business », souffle Kfir Alon, business development analyst au sein de l’ONG lancée en 2013 par Erel Margalit pour « étendre la startup nation à tous les secteurs et toutes les régions du pays ».

C. Deux firmes emblématiques de Jérusalem? Mobileye est basé à Jérusalem. Spécialiste de l’assistance à la conduite grâce à un système intelligent de caméra embarquée développé par le professeur Amnon Shashua. La société, désormais associée aux principaux constructeurs automobiles mondiaux, a levé 890 millions de dollars lors de son introduction sur le New York Stock Exchange (NYSE) en août 2014. Du jamais vu pour une firme israélienne.


Lightricks, une firme basée à Jérusalem.

Fondée par un groupe de doctorants de l’université. L’entreprise est à l’origine de Facetune et Enlight, deux applications de retouche de photos sur mobile très populaires dans le monde entier. « Ces sociétés montrent qu’on a des sujets sur lesquels bâtir un avantage compétitif. Jérusalem a ses points forts comme la vision par ordinateur, la réalité augmentée, la biotech ».


Partager :