Partager :

Furieuses de la décision du gouvernement israélien de fermer les cimetières militaires lors de Yom HaZikaron tout en autorisant la réouverture de nombreux magasins et espaces publics, certaines familles endeuillées ont décidé de commémorer cette journée dans les magasins IKEA à travers le pays. Les cimetières militaires du pays ont été fermés pour la première fois de l’histoire du pays. Les cérémonies se sont déroulées sans public et les familles ont dû rendre hommage à leurs proches décédés depuis chez elles, confinées. (T.O.I.)

Yom HaZikaron « jour du souvenir pour les victimes de guerre israéliennes et pour les victimes des opérations de haine ») est un temps fixé par l’État d’Israël dans la seconde moitié du XXe siècle pour rendre hommage aux soldats morts pour la patrie. La commémoration est très spéciale cette année en raison du coronavirus. Il se tient ce jour. « Les événements de Yom HaZikaron ont commencé par une commémoration nationale nocturne au mur Occidental à Jérusalem et une sirène a retentit dans tout le pays. Ce jour, deux cérémonies sont organisées au cimetière national du mont Herzl à Jérusalem – l’une pour les soldats tombés au combat, l’autre pour les victimes du terrorisme – ainsi que des événements de moindre envergure dans les 52 cimetières militaires du pays.

REUVEN RIVLIN, PRESIDENT DE L’ETAT D’ISRAËL. (i24News). « Cette année, nous ne pouvons pas venir sur vos tombes, nous ne pouvons pas être prêts de vous, nous ne pouvons pas vous embrasser », s’est-il désolé, en faisant référence à la fermeture des cimetières militaires en raison de la pandémie du Covid-19. « Voilà l’épidémie qui arrive et soudain, il semble que le monde tourne plus lentement. Cette année, nous ne pourrons pas pleurer ensemble. »  « Cette journée a pour vocation de nous rappeler les deux promesses qui sont la base de la société israélienne : la promesse de construire à la sueur de nos fronts une vie respectable, sereine et sûre pour nos enfants, mais aussi la promesse de les ramener à la maison à tout prix, même ceux qui ne sont pas rentrés du combat. » « Les sirènes qui retentissent ce soir nous rappellent la souffrance de l’indépendance qu’Israël a acquise si durement », a pour sa part déclaré le chef d’Etat-major de l’armée, Aviv Kochavi. Pour les soldats de Tsahal, [la protection du pays] n’est pas un défi limité dans le temps, cela renvoie à une menace qui pèse tout au long de l’année », a-t-il poursuivi. « Parfois, cette menace atteint nos familles, les laissant brisées et désespérées pour toujours. »

Yom Hazikaron précède les festivités du Jour de l’Indépendance d’Israël. Il a ensuite été étendue à toutes les personnes mortes pour l’État d’Israël et à celles assassinées parce qu’israéliennes ou juives depuis 1945. La commémoration se tient généralement le 4 iyar (entre la mi-avril et la mi-mai du calendrier grégorien selon les années) et donne lieu à diverses cérémonies et coutumes de recueillement, dont la fermeture des lieux de loisir et les sirènes du souvenir. Elle est observée par l’ensemble de la population juive israélienne, à l’exception d’une frange du secteur haredi.

Partager :