Partager :

DEUXIEME EDITION CORRIGEE. EDITORIAL. La France a toujours été frappée du syndrome du « NIH, Not Invented Here » (Pas inventé ici) (1). C’est un syndrome simple à expliquer : lorsqu’une invention est lancée par des non-Français, elle est trop souvent rejetée. Si en plus ce sont les israéliens qui sont à l’origine de l’invention c’est un NIH au carré.  Il est certain que cette brillante application israélienne « Hamagen » ne sera pas utilisée, sauf miracle, très rapidement en France.

L’application Hamagen a dépassé le million de téléchargements en Israël et les autorités tentent de vendre le concept à d’autres pays, dont la France. “Hamagen” renverse une équation: la population n’est pas suivie à distance par les autorités, elle télécharge “volontairement” une application et les données sont stockées “uniquement sur l’appareil de l’usager”, note sur son blog Omri Segev Moyal, PDG de la start-up Profero qui a évalué l’application pour le compte du ministère de la Santé.

(1) L’expression not invented here (littéralement « pas inventé ici » ou de manière développée « ce truc n’a pas été développé par nous ») désigne de manière péjorative l’attitude de membres d’une organisation qui rejettent les innovations survenues hors de son contrôle.  (Dan Assayah)

LE PLUS. Selon Tel Avivre : « Le ministère de la Santé a lancé l’application « Hamagen » – de niveau national qui permet de déterminer si lors de vos déplacements vous avez été en contact avec une personne contaminée par le Coronavirus. Cette application permet d’identifier si vous avez été en contact avec un porteur du virus dans les 14 jours précédant le diagnostic de la maladie par le patient.

Selon Le ministère de la santé, il s’agit d’ un outil technologique qui grâce à une information rapide et précise devrait contribuer à l’arrêt de la propagation du virus et protéger nos proches. L’application utilise les informations de localisation stockées sur votre appareil et les croise avec les données épidémiologiques mises à jour par le Ministère de la Santé. Si l’application via le croisement des données détermine que vous avez été en contact avec un porteur, vous serez dirigé vers un lien du Ministère de la Santé pour vous informer des mesures à prendre ».

Partager :