Partager :

Le quotidien américain New York Times a publié une enquête de fond sur lactivité intense du Mossad dans la lutte contre le Corona, tant en Israël qu’à travers le monde. Cette enquête a été réalisée par le journaliste-investigateur israélien Ronen Bergman. Ce dernier explique d’emblée que le choix des autorités israéliennes de faire appel au Mossad a été motivé par le fait que selon les renseignements, l’Iran, frappé de plein fouet par le Corona, ne représente plus actuellement une menace immédiate, ce qui permet au Mossad de consacrer une partie de ses ressources à la lutte contre le Corona.Selon Ronen Bergman, l’implication du Mossad a débuté au mois de février déjà, suite à une rencontre fortuite entre son directeur Yossi Cohen et le directeur-général de l’hôpital Shiba de Tel-Hashomer, Prof. Itshak Kreiss lors d’une soirée privée. A ce moment-là, les responsables médicaux savaient déjà qu’ils auront besoin de matériel afin de se mesurer à la maladie.

C’est dès ce moment-là que la coopération du Mossad avec le système de santé fut envisagée. Lors de cette encontre, le Prof. Kreiss avait déjà énuméré le matériel qu’il serait le plus urgent d’acquérir, et ensuite, Yossi Cohen demanda au ministère de la Santé de lui faire une liste dans le même sens. C’est à partir de ce moment précis que le Mossad commença à activer ses réseaux à l’étranger pour détecter les fournisseurs potentiels.

Au début du mois de mars, sur instruction du Premier ministre Binyamin Netanyahou, fut créé à l’hôpital Shiba le centre opérationnel des achats du ministère de la Défense, dont le Mossad a la responsabilité. Pour le Prof. Kreiss, ce scénario est unique à Israël: « Imagine-t-on le Mount Sinaï Hospital de New York faire appel à la CIA pour lui venir en aide ?? »

Le  Mossad garde naturellement le secret sur ses sources d’approvisionnement à l’étranger, mais plusieurs hauts responsables officiels -actuels et anciens – de l’agence confirment que ce sont les liens tissées depuis des années par le Mossad avec des agences, institutions et pays étrangers qui lui ont permis d’acquérir des tonnes de matériel et appareillage indispensable dans de nombreux pays, y compris des pays qui sont officiellement ennemis d’Israël ou qui n’ont pas de relations diplomatiques avec l’Etat juif.

Le Mossad reconnaît aussi que l’acquisition de matériel a souvent été plus facile dans des pays non-démocratiques dans lesquels les agences de renseignement ont davantage de pouvoir sur l’échelon politique et sont souvent redevables à Israël sur le plan des renseignements sensibles. Les bonnes relations entretenues depuis des années entre le Mossad et ces services de renseignements a aussi permis d’acquérir du matériel.

Les agents du Mossad ont aussi permis au système de santé et aux scientifiques israéliens d’obtenir des informations sur des procédés de fabrication qui ont permis de produire sur place un certain nombre d’appareils ou de matériels.

La personnalité de Yossi Cohen a également joué un rôle central, car il est personnellement intervenu auprès d’homologues et même auprès de dirigeants politiques étrangers avec lesquels il entretient des relations proches. Depuis qu’il est entré en fonction, Yossi Cohen a tissé des liens avec des pays d’Asie ou du Moyen-Orient qui s’avèrent aujourd’hui très productifs.Pour mesurer l’immense efficacité du travail du Mossad – qui n’est pas le seul acteur dans cette course – Il faut se rappeler que la lutte contre le Corona se double d’une lutte internationale sans merci pour l’acquisition de matériel à cause de la demande qui dépasse de loin l’offre et entraîne une concurrence farouche entre les pays.

https://lphinfo.com/corona-le-new-york-times-devoile-letendue-de-laction-du-mossad/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=Newsletter+quotidienne

 

Partager :