Partager :

Pour lutter contre la propagation du coronavirus, Israël a pris une mesure d’urgence autorisant le service de sécurité intérieure à collecter « immédiatement » des données sur les citoyens, a indiqué le Shin Beth, ce mardi. Conséquence immédiate : les téléphones portables de milliers d’israéliens, qui ne respectent pas les consignes, ne bougeront pas d’un point fixe, leur maison! De nombreux israéliens refusent d’avoir le Shin beth à leur trousse.

Selon 20Minutes : « Lundi, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahou a déclaré qu’il ferait approuver des « règles d’urgence qui permettront l’usage de technologies numériques dans la guerre contre le coronavirus », après qu’une commission parlementaire n’a pas donné son feu vert mais reporté son vote sur la question.

Les porteurs du virus et les personnes en quarantaine localisés

Le gouvernement a « autorisé le Shin Beth à mettre ses technologies de pointe au service de l’effort national », a rapporté mardi le service de sécurité intérieure dans un communiqué. Cette mesure est à effet « immédiat », a précisé un porte-parole du Shin Beth. Selon des précisions de la mesure ayant fuité dans la presse israélienne, la police pourra obtenir, sans autorisation de justice, la localisation des porteurs du coronavirus et des personnes en quarantaine via les opérateurs téléphoniques.

Le Shin Beth pourra utiliser la localisation des malades sur une période de 14 jours ayant précédé leur diagnostic afin d’« identifier leurs trajets et les personnes avec qui elles sont entrées en contact », selon ces détails. D’après un dernier bilan du ministère de la Santé israélien, 304 personnes ont été contaminées et des dizaines de milliers d’autres sont confinées.

Les techniques de surveillance secrètes

Le service de sécurité a été contacté par le ministère de la Santé pour aider à localiser les porteurs du virus « après qu’il a été constaté que les autres autorités ne disposaient pas des technologies nécessaires », a indiqué son chef Nadav Argaman. « Le Shin Beth sait que cette mission dépasse ses activités antiterroristes habituelles, donc la demande a été étudiée avec le procureur général et approuvé par lui », a-t-il ajouté dans le communiqué, précisant que des mécanismes de surveillance avaient été mis en place.

 

Le bureau de Benjamin Netanyahou a refusé de préciser quelles techniques de surveillance allaient être utilisées. Les données seront transmises au ministère de la Santé et ne seront pas sauvegardées par le Shin Beth, a affirmé Nadav Argaman. « Il n’y aura pas d’intrusion massive dans les téléphones et il n’y aura pas de cyberattaques », avait assuré lundi un responsable sécuritaire. Benjamin Netanyahou, à la tête d’un gouvernement de transition depuis un an, avait proposé cette mesure quelques jours avant que son rival Benny Gantz ne soit désigné pour former une nouvelle équipe ministérielle. »

Partager :