Partager :

 Milipol Paris 2017, le salon international de la sécurité intérieure des États, se tiendra du 21 au 24 novembre 2017 à Paris. Une vingtaine de sociétés israéliennes seront à ce salon professionnel. Elles présenteront leurs technologies les plus innovantes dans le domaine de la sécurité intérieure.

« Cellebrite, la société qui parle à l’oreille des iPhone » sera très présente au salon Milipol Paris qui va ouvrir ses portes. Propriété d’un groupe japonais, l’entreprise israélienne aurait aidé le FBI à déverrouiller le téléphone de l’un des deux terroristes de San Bernardino. Elle travaille avec les polices du monde entier.

Cellebrite, fondée en 1999 en Israël, appartient depuis 2007 au groupe nippon Sun Corporation. Cette société, sise à Konan, dans la division d’Aichi (Centre), a été créée en 1971. Cotée depuis 2002 au Jasdaq, le marché des entreprises des nouvelles technologies japonais, la compagnie a vu son titre bondir de 14 %, à 1 038 yens (8,10 euros), le 29 mars, après l’annonce concernant Apple et sa filiale.
Dirigée depuis 2013 par Masanori Yamaguchi, qui a également présidé la branche américaine de Cellebrite et qui est toujours membre du conseil de surveillance de sa filiale française, la première spécialité de Sun Corp fut la fabrication de machines pour équiper les salles de pachinko, un jeu aux allures de flipper permettant de gagner de l’argent, très populaire au Japon.
Un article de RFI sur MILIPOL (1) : « Milipol, le premier salon mondial consacré à la sécurité intérieure, s’ouvre dans le nord de Paris. Avec les attaques terroristes perpétrées dans la capitale française, ce rendez-vous réservé aux professionnels prend un relief particulier.

C’est ici que les représentants des forces de l’ordre mais aussi des sociétés privées de surveillance dédiées aux entreprises découvrent et testent les dernières innovations en matière de sécurité. Ce marché est en plein essor dans le monde entier, avec une croissance de 5 à 6% par an.
Après les attentats meurtriers commis à Paris, les fournisseurs des outils de base, portique, gilet pare-balle, se disent débordés par la demande émanant aussi bien des centres commerciaux que des salles de spectacle ou des grands groupes cherchant à protéger leur siège. On trouve à Milipol les équipements les plus performants en la matière et puis des petits bijoux technologiques réservés aux services de police ou de renseignement.
Une société israélienne présente un ordinateur capable de faire parler les téléphones portables.
Les enquêteurs l’ont appelé la mallette magique. L’ordinateur proposé par la société Cellebrite retrouve toutes les données qui ont transité par un smartphone, y compris celles qui ont été effacées. Cette nouveauté est assez emblématique des besoins actuels de la lutte antiterroriste, parce qu’elle concerne le smartphone, l’outil de base des terroristes, et parce qu’elle propose un résultat rapide, une condition souvent déterminante dans les investigations.
On voit bien dans l’enquête express menée par la police française après les attaques de vendredi et qui a conduit à l’assaut mené à Saint-Denis, que le temps est un facteur décisif. Il faut au plus vite analyser les indices recueillis pour pouvoir procéder à des arrestations avant que les auteurs ne s’échappent ou qu’ils ne commettent de nouvelles tueries. Il y a aussi au Milipol des logiciels hyper performants pour identifier les traces ADN en 90 minutes, un record. Dans le cadre d’une enquête de routine, ce type de recherche peut prendre plusieurs semaines en France.
Les sociétés françaises sont aussi très présentes sur ce marché de la sécurité.
Ce marché représente en France un chiffre d’affaires de 30 milliards d’euros, le marché mondial c’est 500 milliards d’euros. Les innovations françaises, cela va du robot pour récupérer et détruire une valise suspecte dans le coffre à bagage d’un avion, commercialisé par le groupe ECA, au logiciel de détection des visages de la société Morpho de Safran, un logiciel déjà utilisé par le FBI.
On retrouve, en France, dans ce secteur, aussi bien des PME que des grands groupes dont c’est le cœur de métier comme Thales. Milipol est un salon où l’on vend le dernier cri en matière de sécurité mais aussi un lieu pour échanger informations, analyses et expériences au cours des nombreuses conférences, consacrées cette année essentiellement à la lutte contre le terrorisme et les cyberattaques. Tous les experts insistent sur le facteur humain, car sans personnel formé de surveillance, de veille, tous ces outils ne seront d’aucune utilité pour assurer la sécurité ».
(1) Publié en 2015.
 

Partager :