Partager :

À Yogyakarta, en Indonésie, le musée de cire et d’effets spéciaux De Mata proposait jusqu’à ce week-end de poser aux côtés d’une statue d’Adolf Hitler pour un petit selfie, et ce, devant l’entrée du camp de concentration d’Auschwitz. Samedi, BBC News rapporte cependant que devant la multiplication des critiques la statue du chancelier du Troisième Reich a été retirée du musée.
L’initiative réjouissait pourtant le directeur marketing du musée qui expliquait, vendredi, selon des propos rapportés par ABC News, qu’Adolf Hitler était « l’une des personnalités préférées des visiteurs qui viennent faire des selfies », et que jusqu’à présent « personne ne s’est jamais plaint, car la plupart de nos visiteurs sont là pour s’amuser et ils savent que ce musée est fait pour se divertir ». Sur les réseaux sociaux, plusieurs photos montrent des jeunes Indonésiens posant aux côtés de la statue, certains n’hésitant pas à faire le salut nazi.
Human Rights Watch s’est dit indigné par la proposition du musée de Jakarta et a jugé « écœurante » cette initiative, rapportait le New York Times vendredi. Le centre Simon-Wiesenthal, basé à Los Angeles, a même demandé le retrait de cette statue de cire. « Il n’y a rien de bon là-dedans. Il est difficile de trouver les mots justes qui permettraient d’exprimer à quel point cette initiative est méprisable », a fait valoir le rabbin Abraham Cooper, l’un des doyens du centre Wisenthal. « C’est se moquer des victimes qui ont été emprisonnées à Auschwitz et n’en sont jamais sorties. »
Devant l’indignation, le musée a donc décidé de retirer son installation. « Nous ne voulons pas être à l’origine d’une quelconque polémique », a expliqué l’un des responsables de l’établissement, selon des propos rapportés par BBC News. Avec cette statue de cire trônant devant l’entrée d’Auschwitz, le musée, dit-il, avait simplement pour « but d’éduquer le public ». Selon Andreas Harsono, chercheur auprès de Human Rights Watch, il existe un manque de sensibilisation autour de la question de l’Holocauste en Indonésie. En début d’année, un café à thématique nazie avait dû fermer ses portes à Bandung, sur l’île de Java, après s’être retrouvé au cœur d’une polémique.
(lepoint.fr)

Partager :