Partager :
Dans un article pour le mensuel américain Wired Magazine, des experts militaires des États-Unis font la lumière sur les particularités de la «méga-bombe» et les secrets de son utilisation. Ils expliquent également pourquoi cette arme puissante crée en 2002 n’a été utilisée pour la première fois que maintenant.
Le largage de la « méga-bombe » en Afghanistan ciblant, selon la Maison-Blanche, le système de tunnels utilisés par les djihadistes a eu un écho dans le monde entier. Dans un article publié par le mensuel Wired Magazine, les analystes américains expliquent pourquoi « la mère de toutes les bombes » n’a été utilisé que maintenant alors qu’elle a été créé en 2002 pour être utilisée en Irak.Ainsi, à en juger par les experts, la plus puissante bombe non-nucléaire GBU-43, connue également sous le nom de MOAB (Massive Ordnance Air Blast), n’a jamais été utilisée auparavant car elle était une arme très spécifique avec des capacités d’utilisation assez réduites.

« MOAB n’est pas une arme très compliquée. En réalité, ce n’est qu’un grand bidon rempli d’explosifs », a expliqué Mark Cancian, conseiller supérieur du Centre de recherches stratégiques et internationales. De plus, selon l’expert, l’unicité de cette bombe consiste en sa grande corrélation d’agents explosifs par rapport aux autres matériaux. À l’exception de sa coque, la munition complote d’explosif H6, poudre stable, ce qui permet de la conserver sans contraintes d’une explosion capable de réduire en cendres toute la base militaire.

En outre, la « méga-bombe » fait pression uniquement par le biais de son onde de choc susceptible de raser tout sur la distance de 150 mètres. « C’est un type spécifique de bombe qui convient mieux pour un objectif bien précis », a indiqué Peter Singer, expert militaire. Selon Wired Magazine, cette cible a été trouvée en Afghanistan car à la différence des autres armes, une onde explosive de MOAB pourrait pénétrer sans aucun souci dans le système de tunnels.
Source : https://fr.sputniknews.com

Partager :