Partager :

L’avocat Ouriel Lin, président de l’Union des Chambres du Commerce estime qu’aucun pays développé n’a autant progressé qu’Israël depuis le début du 21e siècle dans le domaine des droits des travailleurs face à leurs employeurs.
Il a tenu ces propos en inaugurant le 7e Congrès annuel des Employeurs « Adif » sur la question des retraites et du travail.
Il a par exemple noté que la part de prélèvement obligatoire pour la retraite versée par l’employeur est passée de 2,5% du salaire brut en 2008 à 18,5% en 2017. Par ailleurs, il a cité le rajout de deux jours de congés dans les quatre premières années d’un emploi, l’augmentation du nombre de journées de congé maladie utilisable dans l’année, l’interdiction de licencier des employés malades, le versement de 100% du salaire dès le 3e jour de maladie et d’autres avantages, notamment aux femmes enceintes ou accouchées.
A l’inverse, Ouriel Lin s’est plaint des conditions de plus en plus difficiles imposées aux employeurs au profit des employés, notamment la pénalisation rampante des infractions au lois du travail et le pouvoir de plus en plus important accordé aux comités d’entreprises et syndicats. Il a révélé que pas moins de 140 lois et règlements ont été votés depuis l’an 2000 pour améliorer les conditions et les droits des employés face à leurs employeurs et que les Prudhommes sont de plus en plus sévères envers les employeurs dans le cadre de procès. les opposants à des employés.
« Il est temps que la Knesset et les autres pouvoirs publics concernés ouvrent les yeux et voient qu’on ne peut plus continuer à charger ainsi le monde des entrepreneurs et employeurs,  sous peine de voir tout s’écrouler » a prévenu le président de l’Union des Chambres de Commerce.

Partager :