Partager :

Le ministre des Finances Betsalel Smotrich a annoncé jeudi soir qu’il avait l’intention d’étendre l’exemption des droits de douane à une variété de produits allant de la crème glacée aux pièces détachées automobiles. Cette décision intervient dans un contexte d’inquiétudes croissantes face à l’inflation.

L’année dernière, le ministère des Finances dirigé par Avigdor Liberman a approuvé une série de réductions des tarifs douaniers sur des milliers de produits importés, ce qui a permis notamment de freiner la hausse des prix des produits alimentaires par rapport à d’autres pays du monde. Or, la validité de ces réductions était censée expirer dans exactement deux semaines, ce qui devait entraîner une hausse de 12 % du prix de ces produits.

Les ordonnances de suppression des taxes devraient être prolongées jusqu’en juin, à la suite de quoi le ministère des Finances demandera une extension de budget afin de poursuivre dans cette voie. Parmi les produits auxquels s’appliquera la disposition : les jus, les huiles, les sauces, les fruits secs, les biscuits, les ustensiles de cuisine, meubles, literie, produits d’hygiène et équipements médicaux, pièces détachées automobiles, électroménager, plastiques et équipements électriques, revêtements de sol, équipements sanitaires et outils.

« Nous continuerons à renforcer la stabilité économique de l’État d’Israël, tout en luttant de toutes nos forces contre le coût de la vie. En plus de la poursuite de l’élimination des tarifs douaniers qui devait prendre fin ce mois-ci, nous nous sommes occupés de subventionner les repas après l’école, d’annuler les droits de douane sur une variété de fromages ainsi que les augmentations prévues du carburant, des taxes foncières. Nous allons également réduire l’augmentation des prix de l’électricité et de l’eau, et plus encore », a déclaré Betsalel Smotrich.

Si Israël a connu une inflation relativement modérée en 2022 par rapport à bien des pays d’Europe et aux États-Unis sur fond de reprise post-Covid et de crise énergétique, elle a été ressentie non moins durement du fait que les prix à la consommation dans l’État hébreu figurent déjà depuis plusieurs années parmi les plus élevés des pays de l’OCDE.

I24NEWS. COPYRIGHTS.

Partager :