Partager :

Le Premier ministre Benjamin Netanyahou a assuré que les droits des homosexuels ne seraient pas lésés par son gouvernement. Mais tout le monde n’est pas serein. « Le gouvernement a essayé de faire passer la nomination d’Amir Ohana à la présidence de la Knesset comme un éclatement du plafond de verre et un grand cadeau à la communauté LGBTQ », a déclaré Blake Flayton, chroniqueur hebdomadaire pour The Jewish Journal, à i24NEWS.

« Cela ne tient pas vraiment la route ou n’a pas de réelle signification quand il a été rejoint par des voix comme celles d’Avi Maoz, Itamar Ben-Gvir, Bezalel Smotrich, qui sont tout à fait claires envers leur mépris de la communauté LGBT. » Flayton pense également qu’Ohana lui-même « n’a pas vraiment fait assez pour sortir de sa réserve et condamner ces voix. »

La bulle libérale de Tel-Aviv est une Mecque pour la communauté LGBTQ et sa célèbre gay pride attire chaque année des dizaines de milliers de fêtards du monde entier. Les accords de coalition conclus par Netanyahou avec le parti du sionisme religieux prévoient un amendement potentiel à la loi israélienne sur la discrimination, ce qui signifie que les entreprises pourraient refuser de servir certains clients, tels que les membres de la communauté LGBTQ, sur la base de leur conscience religieuse. Parallèlement, le parti Noam, ouvertement anti-LGBTQ, fait pression pour le retour de la thérapie de conversion des homosexuels.

Mais certains membres de la communauté LGBTQ considèrent que cette rhétorique homophobe au sein de la sphère politique actuelle d’Israël n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. « Il y a une personne au gouvernement qui pense différemment de nous, cela ne signifie pas que les 62, 63 autres vont changer ce que nous avons construit au cours de la dernière décennie », a déclaré Sheleg Ben Shitreet, rédactrice culturelle et membre du parti Likoud de Netanyahou.

« Je me souviens que lorsque j’avais 14 ans, c’était compliqué de faire son coming out, de nos jours, les jeunes peuvent se sentir libres de le faire et d’être ce qu’ils ont envie d’être », a-t-elle dit. Le militant LGBTQ Yitav Jacob Perez pense également que ce qui se passe est une « hystérie totalement inutile ». Il dit se sentir personnellement à l’aise, ajoutant : « La communauté LGBTQ bénéficie d’une grande sympathie de la part du grand public. Nous continuerons à être là, nos droits ne seront pas bafoués. Nous continuerons à défiler lors de la gay pride. »

Sheleg et d’autres comme elle soutiennent que la stabilité politique et la sécurité du pays passent avant l’opinion du gouvernement entrant sur les personnes homosexuelles.  » Je peux être gay, et je peux penser à la Torah, au problème de l’Iran et à tous les autres problèmes diplomatiques que nous avons, avant de penser à la prochaine parade « , dit-elle.

Les partis politiques juifs ultra-orthodoxes ne sont pas les seules factions du paysage politique israélien à avoir de fortes opinions anti-gay. De l’autre côté du fossé politique, le parti arabe islamiste Ra’am – un membre clé du précédent gouvernement dirigé par Naftali Bennett, qui s’est attiré les louanges du monde entier pour sa diversité – est également ouvertement homophobe. Le chef du parti, Mansour Abbas, a juré de s’opposer à toute mesure visant à faire progresser les droits des LGBTQ.

« Il y a une sorte d’hypocrisie. À l’époque, lorsque le parti Ra’am a qualifié la communauté gay d’abomination, personne ne s’est levé et n’est descendu dans la rue pour protester à ce sujet. Il est très facile d’attaquer un gouvernement de droite. C’est là l’erreur », a souligné Yiutav Jacob Perez.

« Amir Ohana est le président de la Knesset. Ce rôle est un symbole en Israël. Nous pourrions faire beaucoup de progrès pour les droits LGBTQ et ne pas nous contenter d’une manifestation qui n’était malheureusement pas nécessaire », a-t-il ajouté.

« Vous savez, c’est comme ce que disait Harvey Milk dans les années 1970 : « Pour que les gens cessent d’être homophobes, il faut que tout le monde connaisse une personne gay », déclare M. Flayton. « Tout le monde doit sortir du placard. Pour que les personnes qui ont des préjugés réalisent qu’elles ont quelqu’un dans leur vie et qu’elles se soucient d’elles. J’espère qu’Amir Ohana pourra servir à ceux qui n’en sont pas encore là. »

ié’news; copyrights;

Partager :