Partager :

Au début du mois de janvier, le gouvernement israélien a annoncé la mise en oeuvre d’une série de sanctions contre l’Autorité palestinienne après le vote à l’Assemblée générale de l’ONU de la résolution proposée par les Palestiniens demandant à la Cour de Justice internationale de déterminer le statut des territoires de Judée-Samarie.

Le cabinet de sécurité avait décidé de contre-attaquer et de prendre des mesures contre l’Autorité palestinienne:

  1. Transfert d’environ 139 millions de shekels des fonds de l’AP aux victimes du terrorisme.
  2. Retenir immédiatement des fonds versés à l’AP, les paiements effectués par l’AP aux terroristes et à leurs familles en 2022.
  3. Placer un moratoire sur les plans de construction palestiniens dans la zone C, suite aux tentatives illégales de prise de contrôle par l’AP, en opposition aux accords internationaux.
  4. Refuser les avantages aux VIP qui mènent la guerre politique et juridique contre Israël.
  5. Des mesures seront prises contre les organisations en Judée-Samarie qui promeuvent des activités terroristes ou toute activité hostile, y compris des actions politiques et juridiques contre Israël sous couvert de travail humanitaire.

 

Le représentant de l’Autorité palestinienne à l’ONU a publié une déclaration suite à cette décision de sanctions qui a été signée par 90 pays membres de l’ONU dont la France, l’Allemagne et l’Italie – qui avaient pourtant voté contre ou s’étaient abstenus lors du vote à l’Assemblée générale de la résolution mise en cause.

Dans cette déclaration, les pays signataires se disent  »inquiets » de la série de sanctions adoptée par le gouvernement israélien à l’encontre de l’Autorité palestinienne. Ils appellent Israël à les annuler.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a noté avec  »une profonde inquiétude les récentes mesures israéliennes contre l’Autorité palestinienne ». Il a ajouté qu’il ne devrait « pas y avoir de représailles à l’égard de l’Autorité palestinienne par rapport à la Cour internationale de Justice ».  La France a rappelé son attachement au droit international et au multilatéralisme et l’Allemagne a réaffirmé son rejet de la résolution palestinienne mais s’est dite opposée à toutes mesures punitives contre l’Autorité palestinienne.

Guilad Erdan, l’ambassadeur d’Israël aux Nations Unies a déclaré:  »Les Palestiniens profitent du système biaisé de l’ONU pour exercer une terreur politiques et tenter de nuire à Israël. Ce document n’a qu’une valeur déclarative, sans aucune signification. Chaque pays qui y a apposé sa signature n’a fait que jeter de l’huile sur le feu de l’incitation à la haine et du terrorisme palestinien et éloigner les chances de réconciliation ».

lphinfo.com

Partager :