Partager :

Pour ouvrir son programme culturel de l’année 2023, l’Institut français de Haïfa reçoit la pianiste française Camille Kravitzch le mardi 24 janvier 2023 à 18h30 pour un récital de piano intitulé « Mélange », un programme de compositions inspirées de musiques traditionnelles méditerranéennes.

Dans le cadre de la Journée internationale des Droits des Femmes, l’Institut français de Haïfa reçoit la jeune pianiste française Camille Kravitzch pour un concert en hommage à trois grandes figures féminines de l’histoire de la musique : la romancière et journaliste George Sand, compagne de Frédéric Chopin, la compositrice Fanny Hensel-Mendelssohn et la pianiste et compositrice française Hélène de Montgeroult. Le concert aura lieu le mardi 8 mars à 18h30 à l’Institut français de Haïfa.

Ph. Sveta Strelnikova

A seulement 28 ans, Camille Kravitzch a déjà un très beau parcours musical : après une formation en clavecin au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris et un passage à la Royal Academy of Music de Londres, Camille rejoint la classe d’Edoardo Torbianelli à la Schola Cantorum de Bâle en Suisse et sort diplômée d’un master en Fortepiano. Elle rejoint l’ensemble baroque Nexus et participe à de nombreux concerts en France, en Allemagne et en Italie. Désormais installée à Haïfa, elle enseigne le piano et transmet ainsi sa passion.

Pour la Journée Internationale des Droits des Femmes, Camille Kravitzch propose un programme musical inédit : un concert de piano classique ponctué de lectures de textes en hommage à trois femmes puissantes qui ont influencé le monde de la musique : George Sand, Fanny Hensel-Mendelssohn et Hélène de Montgeroult. Camille interprétera deux nocturnes de Chopin, une sonate pour piano de Fanny Hensel-Mendelssohn et une sonate pour piano de Hélène de Montgeroult. Ces trois femmes fortes ont en commun d’avoir dû lutter dans leurs époques contre les préjugés propres à leur sexe ou d’avoir su utiliser leur talent pour survivre. George Sand fait scandale au 19ème siècle par ses tenues vestimentaires masculines et son rejet d’une société qu’elle juge trop conservatrice mais dans l’ombre elle est la muse de nombreux artistes contemporains de son époque qu’elle influence. Chopin est de ceux-là ; Fanny Hensel-Mendelssohn dont les dons musicaux se dessinent très tôt doit s’imposer face à un père et un frère – le compositeur Félix Mendelssohn – qui considèrent que la musique ne doit rester pour elle qu’un agrément ; la marquise Hélène de Montgeroult vivra les heures sombres de la Terreur, elle perdra beaucoup de sa fortune sous la Révolution Française mais créatrice insatiable, elle composera et publiera ses compositions. La légende lui prête d’avoir sauvé sa tête de la guillotine en interprétant au piano-forte La Marseillaise devant le Tribunal Révolutionnaire.

Cette soirée proposée par Camille Kravitzch et organisée par l’Institut français de Haïfa commémore légitimement le parcours de ces femmes inspirantes en cette journée singulière et importante qui rappelle le chemin parcouru quant aux discriminations faites aux femmes, et aussi celui qu’il reste à parcourir.

Partager :