Partager :

Des archéologues ont dévoilé des lampes de pèlerins et d’autres découvertes provenant de la « tombe de Salomé », un site funéraire portant le nom d’une femme qui aurait assisté à la naissance du Christ.

La tombe a été découverte par des pilleurs de tombes dans ce qui est aujourd’hui le parc national de Tel Lachish, à l’ouest de Jérusalem, dans les années 1980.

Des fouilles ultérieures menées par des archéologues ont mis au jour une chambre funéraire juive datant de l’époque romaine, qui a été remplacée par une chapelle chrétienne à l’époque byzantine et qui attirait encore des fidèles au début de la période islamique.

Une inscription trouvée sur les murs de la grotte a amené l’équipe de fouille à conclure qu’elle était dédiée à Salomé, une figure associée à la naissance de Jésus dans la tradition orthodoxe orientale.

« Dans la grotte, nous avons trouvé des tonnes d’inscriptions en grec ancien et en syriaque », a déclaré le directeur des fouilles, Zvi Firer.

« L’une des belles inscriptions est le nom de Salomé… grâce à cette inscription, nous comprenons qu’il s’agit de la grotte de la sainte Salomé ».

Le rôle de Salomé en tant qu’assistante de la sage-femme à la naissance du Christ est relaté dans l’Évangile de Jacques, un texte abandonné dans les versions du Nouveau Testament utilisées par la plupart des églises occidentales.

« Le culte de Salomé … s’inscrit dans un phénomène plus large, dans lequel les pèlerins chrétiens du cinquième siècle ont rencontré et sanctifié des sites juifs », a déclaré l’équipe de fouilles.

À l’extérieur de la grotte, l’équipe a découvert les vestiges d’une avant-cour à colonnades de 350 mètres carrés, ce qui suggère que Salomé était alors une figure vénérée.

Des boutiques vendant des lampes en argile et d’autres articles destinés aux pèlerins ont été découvertes autour de la cour, datant d’aussi loin que le neuvième siècle, 200 ans après la conquête musulmane.

« Il est intéressant de constater que certaines des inscriptions ont été rédigées en arabe, alors que les croyants chrétiens continuaient à prier sur le site », a déclaré l’équipe.

Source : The Guardian & Israël Valley

 

Partager :