Partager :

Le Centre d’icônes de Bethléem se lance dans le monde de l’art et de la peinture d’icônes.

Le « Bethlehem Icon Centre » a été fondé à son emplacement actuel en 2010 par l’homme d’affaires franco-palestinien Anton Mansour, propriétaire du bâtiment, et le professeur d’iconographie anglais Ian Knowles. Dans le but de restaurer l’iconographie en tant que partie vivante de la culture chrétienne palestinienne, le centre propose des cours subventionnés de courte et de longue durée en iconographie pour les Palestiniens locaux, ainsi que des ateliers pour les pèlerins et les visiteurs dont les frais de scolarité contribuaient à soutenir le centre.

Source : Catholicnews & Israël Valley

LE PLUS. Le ministère israélien du Tourisme attend environ 120 000 touristes chrétiens pendant la semaine de Noël

Les affaires reprennent à Bethléem après deux années de marasme dues à la pandémie de Covid-19, remontant le moral des habitants du lieu de naissance de Jésus selon la tradition chrétienne avant les vacances de Noël. Les touristes animent à nouveau les rues, et les hôtels affichent complet. Elias Arja, directeur de l’association hôtelière de Bethléem, a déclaré que les touristes sont impatients de pouvoir accéder aux sites religieux de la région après en avoir été empêchés ces deux dernières années. « Nous nous attendons à ce que les affaires soient excellentes en 2023, en particulier grâce aux touristes chrétiens », a-t-il indiqué.

Des touristes du monde entier posent devant l’église de la Nativité et l’arbre de Noël géant scintillant sur la place de la Mangeoire, et se pressent dans les magasins de souvenirs religieux. « Bethléem était devenue une ville fantôme », a déclaré Saliba Nissan le copropriétaire d’une usine de bois d’olivier, devant son magasin rempli de pèlerins américains.

I24NEWS.

Partager :