Partager :

EDITORIAL. DR. La désinformation sur Israël est telle que de nombreux journalistes et politiques font semblant d’ignorer qu’Israël a plusieurs facettes… En voilà une.

« La résidence de l’ambassadeur de France se trouve en haut d’une côte, dans le quartier d’Ajami à Jaffa, et surplombe la mer Méditerranée. La maison a été conçue et construite dans les années 1933-1938 et, en 1949, à été achetée par le gouvernement français.

Son propriétaire était au départ un riche homme d’affaires, exportateurs d’oranges de Jaffa, un Arabe musulman : Mohamed Ahmed Abdoul Rahim. C’est lui qui a demandé à l’architecte juif Yitzhak Rapapport de concevoir sa maison ».

Cette semaine je me suis rendu, sur invitation, à une fête célébrée dans le Centre Juif et Arabe qui se trouve en face de la Résidence. Ce centre culturel et sportif (d’une propreté impeccable) est incroyable. Moderne et futuriste. Elegant et fonctionnel.

Tous les jours de la semaine des enfants juifs et arabes (chrétiens en majorité) se côtoient. Sports et activités culturelles organisés par des formateurs de premier plan. Une expérience unique et salutaire dans une ambiance détendue. Durant la célébration de la fête de Hannouccah les enfants arabes ont mangé des soufganioth. Et les enfants juifs ont fêté Noël. Ils ont dansé ensemble dans une ambiance fraternelle.

Cette cohabitation est tellement rare que je n’hésite pas à perler de « miracle de Hannouccah ».

Ce soir c’est Noël. Selon i24News, la cohabitation fonctionne aussi dans une autre ville israélienne : « Comme chaque année, Haïfa, la « capitale du nord » d’Israël, connue pour la cohabitation entre ses résidents juifs et arabes, célèbre dans une ambiance unique les fêtes de Noël et de Hanoucca pendant le festival Hag HaHagim (« La fête des fêtes »), qui à lieu cette année du 8 au 25 décembre. De nombreuses attractions sont proposées aux centaines de milliers de visiteurs à différents endroits de la ville dans une atmosphère qui mélange le parfum de l’orient et la tradition du père Noël. 

Au grès des balades dans le marché du quartier arabe de Wadi Nisnas, où sont nichées de nombreuses églises, dans la colonie allemande et le long de l’avenue Ben Gourion qui prolonge les fameux jardins Bahaïes, il n’est pas rare de voir des groupes de jeunes Arabes israéliens déguisés en père Noël et danser en groupe sur de la musique orientale avec une joie contagieuse ». 

Beaucoup de politiques français devraient venir en Israël pour découvrir que la haine raciale est limitée à quelques allumés qui en font un business politique.

DR.

Partager :