Partager :

Au moins trois personnes sont mortes le 23 décembre dans le Xe arrondissement de Paris, visées par des tirs devant le centre culturel kurde Ahmet-Kaya. Un suspect, de nationalité française et connu des services de police notamment pour une attaque au sabre contre un camp de migrants en 2021, a été interpellé et placé en garde à vue. Très peu de personnes sont  familiarisées et ne connaissent pas vraiment l’importance des Kurdes en Israël.

ISRAËL. KURDES ET JUIFS. « 150 000 à 200 000 juifs kurdes vivant en Israël de nos jours, la plupart dans les environs de Jérusalem. Mevasseret Zion, à proximité de Jérusalem, a été fondée par des juifs kurdes. La ville kurdo-irakienne de Zakho était autrefois qualifiée de “Jérusalem du Kurdistan”, tandis qu’après l’émigration, c’est le quartier de Mahane Yehuda à Jérusalem qui fut appelé familièrement “petit Kurdistan”. Les traditions kurdes sont toujours observées en Israël, comme par exemple Norouz, le Nouvel An kurde ».

35 MILLIONS. « Eparpillés sur un vaste espace, les Kurdes sont les Tziganes du Proche-Orient : Turquie, Irak, Iran, Syrie, Liban se partagent une population kurde totale estimée à trente-cinq millions de personnes, auxquelles s’ajoutent les Kurdes de Géorgie et d’Arménie ».

RELATIONS ISRAËL/ KURDES. En 2019, Israël avait clairement pris position : « Israël condamne fermement l’invasion turque des zones kurdes en Syrie et met en garde contre le nettoyage ethnique des Kurdes par la Turquie et ses mandataires », avait déclaré Bibi Netanyahu, alors PM. « Israël est prêt à apporter une aide humanitaire au courageux peuple kurde. »

L’ambassadeur d’Israël auprès des Nations Unies avait accusé Ankara de promouvoir le nettoyage ethnique des Kurdes. Danny Danon avait déclaré lors de la réunion mensuelle du Conseil de sécurité sur le Moyen-Orient : « La Turquie d’Erdogan ne montre aucune retenue morale ou humaine envers le peuple kurde. Erdogan a fait de la Turquie un centre régional du terrorisme. »

LE PLUS. Dans son nouveau numéro de janvier-février 2020, le magazine L’Arche, édité par le Fonds social juif unifié (FSJU), avait consacré un dossier aux Kurdes et aux liens entretenus par leurs dirigeants avec Israël.

Le magazine tente ainsi de répondre aux questions : « Pourquoi le sort des Kurdes laisse-t-il le monde indifférent ? Pourquoi taire leur génocide ? Pourquoi Israël est-il l’un des rares pays à les soutenir ? Et quelle place occupent les Juifs dans leur histoire ? »

« On les trouve en Irak, en Turquie, en Syrie et en Iran, respectueux des autres religions, égalitaires avec les femmes, héritiers de l’Islam des Lumières, explique la rédaction. Ils se battent en première ligne face à l’Etat islamique et pour leur liberté et la nôtre. Lâchés par les Américains et les Européens, les voilà donc, ces Kurdes pluriels et singuliers, une nouvelle fois seuls, abandonnés et trahis. »

 

Partager :