Partager :

Une collaboration interdisciplinaire fructueuse entre le professeur Haim Rabinowitch, de l’Université hébraïque, et le professeur Lioz Etgar, de l’institut de chimie de l’Université hébraïque, a permis de mettre au point le prototype d’une nouvelle cellule solaire, dont l’efficacité a été prouvée sur le plan technologique, et dont les performances sont susceptibles de changer radicalement les règles du jeu en matière d’énergie solaire et de production agricole.

Cette cellule solaire innovante est conçue pour couvrir entièrement les zones agricoles et les plans d’eau tout en générant simultanément de l’électricité verte et une production agricole, sans interruption des habitats naturels et sans nuire à l’environnement.

Les nouvelles cellules solaires sont basées sur des cristaux de pérovskite et sont produites selon un processus relativement simple à l’aide de matériaux disponibles et bon marché. Une substitution chimique rend les cellules solaires transparentes à la zone la plus efficace du spectre lumineux qui alimente la photosynthèse.

« Depuis des années, il est évident que la majeure partie de l’énergie lumineuse dans les serres agricoles est gaspillée, car les plantes n’utilisent qu’une fraction de l’énergie solaire, tandis que le reste est renvoyé dans l’atmosphère par rayonnement. Dans les serres, elle devient de l’énergie thermique, dont les cultivateurs doivent se débarrasser pendant la plupart des mois de l’année. Notre solution maximise la production d’électricité solaire sur les terres agricoles jusqu’à 300 % », a expliqué le professeur Lioz Etgar.

Les nouvelles cellules devraient avoir des coûts de production beaucoup plus bas que les cellules photovoltaïques à base de silicium, et amélioreront également de manière significative les conditions de culture dans les serres en réduisant la chaleur, en diminuant les émissions de gaz à effet de serre et l’évapotranspiration, en économisant l’eau et en protégeant les cultures des dommages causés par les intempéries, ainsi qu’en offrant une protection partielle contre les parasites et les maladies.

Les calculs basés sur les données actuelles indiquent que l’utilisation de ces nouvelles cellules réduira le prix de l’énergie par kWh en Israël de 75 %, ce qui diminuera les coûts agricoles et augmentera les revenus et la rentabilité de l’agriculture.

Israël compte un total d’environ 9 000 hectares de serres. En couvrant les toits de la moitié de ces serres avec les nouvelles cellules solaires, on obtiendra une quantité d’électricité verte qui permettra à Israël de dépasser ses objectifs nationaux de 2050 en matière de production d’électricité verte et de réduction des émissions de carbone.

I24NEWS. COPYRIGHTS.

Partager :