Partager :

Située à la lisière du désert du Néguev, la forêt de Yatir compte un million d’arbres qui souffrent d’un manque de précipitations et de conditions difficiles. Mais son avenir est en jeu, car le manque de précipitations et les conditions désertiques difficiles ont fait des ravages.

Parce qu’elle est entourée par le désert, Yatir est connue comme un refuge vert et la forêt qui a contribué à stopper la désertification dans la région. Mais contrairement aux autres forêts, en raison du climat sec, la forêt de Yatir ne se régénère pas naturellement par elle-même et pourrait se dégrader sans une intervention humaine rapide.

C’est pourquoi le Keren Kayemeth LeIsrael-Fonds national juif (KKL-JNF) a élaboré un nouveau plan pour sauver Yatir, dans le cadre duquel les forestiers planteront de nombreux jeunes arbres dans les années à venir afin d’assurer la survie de la forêt.

« Il s’agit d’une zone semi-aride où les pins ne se régénèrent pas naturellement en raison du manque de précipitations », a déclaré à The Media Line Gil Siaki, directeur de la division de boisement du KKL-JNF dans la région sud. « Notre décision de maintenir le caractère d’une forêt de conifères dans la région nous obligera à planter des jeunes arbres dans les années à venir. »

La plupart de la zone forestière est dans un état stable, a déclaré Siaki, mais nécessite encore une replantation progressive afin de maintenir la couverture de la canopée.

KKL-JNF, qui a planté plus d’un quart de milliard d’arbres en Israël depuis le début des années 1900, cherche également à diversifier les types d’arbres dans la zone et testera différentes méthodes de replantation.

« Nous ne nous contentons pas de planter une forêt ; nous pensons aux usages, aux personnes qui vivent dans la région et aux raisons écologiques », a noté Siaki.

La zone semi-aride de Yatir, par exemple, ne reçoit que 270 mm de pluie par an. En revanche, la plaine côtière d’Israël reçoit des précipitations annuelles moyennes d’environ 508 mm.

En outre, les précipitations sont extrêmement rares pendant les mois chauds de l’été et la saison des pluies semble arriver de plus en plus tard chaque année.

Certains membres du KKL-JNF sont néanmoins optimistes et pensent que la forêt de Yatir survivra à tout ce que la nature lui réserve.

« La forêt de Yatir n’est pas en danger », a déclaré à The Media Line Moti Shriki, directeur de l’unité de conservation des sols du groupe dans le sud d’Israël. « Nous ne savons pas ce qui se passera à l’avenir avec les sécheresses ; il est possible qu’il y ait des années de sécheresse et c’est alors que cette forêt sera mise à l’épreuve, mais pour l’instant nous nous en sortons bien et la forêt survit. »

Pour faire face aux conditions difficiles du désert du Néguev, l’organisation s’est également tournée vers les systèmes d’irrigation liman. Les limans sont des structures artificielles qui reposent sur de petits barrages pour recueillir les eaux de crue dans le désert. Non seulement ils aident les arbres à pousser, mais ils contrôlent également les inondations et empêchent l’érosion des sols.

Par ailleurs, KKL-JNF a participé à la huitième édition de la conférence Drylands, Deserts and Desertification, qui était organisée par l’Université Ben-Gurion du Néguev à Sde Boker.

Des chercheurs du monde entier ont participé à cet événement – le plus important au monde dans son genre – afin d’explorer de nouvelles solutions, technologies et idées pour protéger et restaurer les écosystèmes fragiles de la désertification.

Source : The media Line & Israël Valley

 

Partager :