Partager :

La saison israélienne des agrumes pourrait être marquée par des points positifs et négatifs simultanés. Betsalel Ohana, responsable des exportations pour Planet Israel, déclare que cela signifie une incertitude pour les exportateurs israéliens d’agrumes : « En général, nous entrons dans la nouvelle saison des agrumes avec une certaine incertitude. Il y a différentes tendances qui vont dans la direction opposée. Certaines sont bonnes pour nous, d’autres pourraient être mauvaises pour les exportateurs israéliens d’agrumes. Tout d’abord, il semble que la production diminue à un rythme rapide. Si l’on regarde les pamplemousses Sunrise, la quantité israélienne a diminué de moitié en deux ans, passant de 13 000 tonnes à environ 6 500 tonnes. Cela pourrait conduire à de meilleurs prix pour nous en général, d’autant plus que la pénurie de fruits sera une situation mondiale. »

« Par exemple, les États-Unis auront une production plus faible en raison de l’ouragan qui a dévasté les cultures en Floride. Dans le même temps, les producteurs d’Amérique latine ont dû faire face à des vagues de chaleur, ce qui signifie également qu’ils auront une quantité moindre d’agrumes », explique B. Ohana. « Tout cela signifie qu’il y aura moins d’agrumes disponibles, et qu’à son tour, il est très probable que les prix augmenteront. En plus de cela, les prix de la logistique se calment, et sont devenus dans la plupart des cas moins chers qu’ils ne l’étaient lors de la saison précédente. »

Bien qu’un meilleur prix soit naturellement positif pour une entreprise comme Planet Israël, des défis sont également à venir : « La monnaie israélienne s’est renforcée par rapport à l’euro. Cela signifie que nous obtenons moins d’argent pour nos produits lorsque nous les exportons. Le taux de change du dollar américain est resté similaire, mais le taux de change de l’euro va nous poser des problèmes supplémentaires. Si l’on ajoute à cela le fait que le coût de production augmente en raison d’une main-d’œuvre plus chère et de prix de l’énergie plus élevés, il est facile de comprendre pourquoi les commerçants israéliens feront moins de bénéfices. Tout cela est synonyme d’incertitude à l’approche de la saison ».

B. Ohana affirme que ses produits seront surtout destinés au marché européen. Cependant, l’Amérique du Nord et l’Extrême-Orient seront également des destinations pour leurs pamplemousses et leurs mandarines. « Pour Planet Israel, nos principaux produits sont les pamplemousses Sunrise et Sweetie, ainsi que les mandarines Orri. Le lancement de la mandarine Orri aura lieu au cours de la première semaine de janvier. Notre marché le plus important sera l’Europe, le Canada venant en deuxième position. Enfin, il y aura aussi quelques volumes envoyés en Extrême-Orient, mais je m’attends à ce que ces volumes soient faibles. Cela est dû principalement à des problèmes logistiques, car il y a beaucoup de retards au port, en raison des blocages de Covid qui sont toujours en place en Chine. Les prix du transport vers l’Extrême-Orient sont également plus élevés par rapport aux prix généraux vers les autres marchés. »

« Globalement, nous voulons être optimistes pour la saison, mais il est clair qu’il y aura des défis, mais aussi des avantages. Le fait que l’Europe semble être en récession pourrait…

« Globalement, nous voulons être optimistes pour la saison, mais il est clair qu’il y aura des défis, mais aussi des avantages. Le fait que l’Europe semble être en récession pourrait également entraîner une baisse de la demande. Mais nous ferons de notre mieux pour une saison satisfaisante, en fournissant les pamplemousses et les mandarines de haute qualité pour lesquels nous sommes connus ! » conclut Ohana.

Source : Freshplazza & Israël Valley

 

Partager :