Partager :

Une start-up israélienne aide des sociétés, dont Nike, à recruter au sein des minorités.

Basé sur l’intelligence artificielle, Joonko a créé un réseau de candidats approuvés, en mettant l’accent sur les personnes issues de communautés sous-représentées

Joonko, une start-up fondée en Israël, espère contribuer à diversifier le lieu de travail en fournissant aux entreprises une technologie de recrutement qui conduit à l’équilibre tant attendu entre les sexes et les influences culturelles et ethniques.

« Nous offrons des opportunités aux personnes sous-représentées, aux femmes, aux personnes de couleur, aux vétérans », a déclaré Albrey Brown, qui a récemment rejoint l’entreprise comme directrice générale et vice-présidente pour la stratégie aux États-Unis.

La création d’une main-d’œuvre diversifiée est bénéfique à la culture d’entreprise et contribue à la création de produits innovants, selon Brown. C’est également « la bonne chose à faire », a-t-elle ajouté.

Les entreprises du monde entier se rendent compte de l’importance d’une main-d’œuvre diversifiée, à la fois parce que les employés s’y attendent de plus en plus et parce que le fait d’avoir des employés de sexe, d’origine ethnique et de culture différents est bon pour les affaires.

Des recherches publiées par le cabinet de Consulting McKinsey & Co en 2015 et mises à jour les années suivantes montrent que les entreprises dont la main-d’œuvre est plus diversifiée « obtiennent de meilleurs résultats financiers ».

« Les entreprises qui se situent dans le quartile supérieur en matière de diversité sexuelle ou raciale et ethnique affichent plus fréquemment des rendements financiers supérieurs à la médiane de leur secteur d’activité national », indique McKinsey.

Selon McKinsey, les entreprises plus diversifiées ont un meilleur accès aux talents de haut niveau tout en devenant plus attrayantes pour les clients, tout en améliorant la satisfaction des employés et le processus décisionnel. Malgré cela, les progrès ont été lents dans la plupart des pays et dans tous les secteurs, selon McKinsey.

En 2019, la proportion de femmes dans les équipes de direction aux États-Unis et au Royaume-Uni n’était encore que de 20 %, selon McKinsey. À l’échelle mondiale, le pourcentage de femmes dans les équipes de direction n’était que de 15 % en 2019, contre 14 % en 2017. La représentation des minorités ethniques dans les équipes de cadres au Royaume-Uni et aux États-Unis était d’à peine 13 % en 2019, contre 7 % en 2014 ; à l’échelle mondiale, les minorités représentaient 14 % en 2019.

fr.timesofisrael.com

Partager :