Partager :

Depuis des années, le Maroc travaille pour devenir un leader international des énergies renouvelables. D’ici 2030, le pays vise à produire 52 % de son électricité à partir de sources propres. D’ici 2080, l’objectif est d’atteindre 80 %. A cet effet, la coopération entre Rabat et Jérusalem peut jouer un rôle clé.

« Aujourd’hui, nous savons que nous sommes en train d’endommager le monde », a déclaré le président de l’Université Bar-Ilan, le professeur Arie Zaban, plus tôt cette année, lorsqu’Israël et le Maroc ont signé un accord bilatéral de coopération énergétique à l’université. Le plus grand défi auquel nous sommes confrontés, l’énergie, qui aujourd’hui en Europe est une cause de guerre, peut être un outil pour la paix.

« Nous ferons une excellente science, nous développerons d’excellentes solutions, nous ferons avancer ce domaine, nous générerons de l’air pur pour l’humanité et nous générerons la paix », a-t-il ajouté.

Les collaborations entre les institutions académiques sont cruciales pour développer de nouvelles technologies. L’accord sur l’énergie a été signé par le Consortium national marocain pour la transition énergétique (MNETC), qui comprend 20 groupes de recherche de diverses universités marocaines, et le Consortium national israélien pour la recherche énergétique (INERC), qui comprend 33 groupes de recherche de sept institutions universitaires israéliennes de premier plan.

La semaine dernière, moins de deux mois après la signature de l’accord, la société israélienne H2Pro et le développeur marocain d’énergies renouvelables Gaia Energy ont signé un protocole d’accord lors de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP27) à Charm el-Cheikh, en Égypte.

« Imaginez à l’avenir, au lieu d’exporter du pétrole du Moyen-Orient ou d’Amérique du Sud, vous aurez des pays comme le Maroc qui produiront à grande échelle des dérivés verts de l’hydrogène et des carburants verts du Maroc vers les pays du nord », a déclaré le PDG de Gaia, Moundir Zniber.

Centrale solaire

Peut-être que rien n’incarne le potentiel du Maroc en tant que leader des énergies renouvelables comme la centrale solaire Noor Ouarzazate.

Lorsque la construction a commencé en 2013, elle devait devenir la plus grande centrale solaire à concentration (CSP) au monde. Aujourd’hui, plus de deux millions de Marocains en dépendent pour l’électricité.

La semaine dernière, Rabat a lancé un projet de production et de stockage d’énergie thermique sur le site en coopération avec la Belgique.

Plus tôt ce mois-ci, le Maroc a signé un partenariat sur les énergies renouvelables avec l’Union européenne, soulignant une fois de plus comment les collaborations entre les pays représentent une clé pour trouver les solutions pour un avenir meilleur, au Maroc et au-delà.

Source : Jérusalem Post

Partager :