Partager :

Des scientifiques israéliens sont en train de créer une banque de gènes à partir de graines de plantes sauvages locales, dont certaines ont survécu pendant des milliers d’années depuis la naissance de l’agriculture et qui pourraient aider les agriculteurs à faire face à un climat plus rude dans les décennies à venir.

Ainsi le botaniste Alon Singer a recueilli les graines d’un certain nombre de plantes récemment repérées, dont une variété de menthe aquatique, qui seront congelées et stockées dans la banque génétique des plantes d’Israël à l’Institut Volcani, le centre national de R&D agricole.

Singer parcourt le pays avec d’autres scouts et butineurs à la recherche de variétés de blé, d’orge et d’innombrables autres cultures sauvages afin que leur patrimoine génétique puisse être sauvegardé et étudié avant qu’elles ne soient perdues au profit de l’expansion des déserts et de l’urbanisation avec le réchauffement climatique.

« Les plantes ici sont très uniques. Elles sont les ancêtres de nombreuses plantes cultivées utilisées aujourd’hui », a-t-il déclaré.

Les caractéristiques de résilience peuvent être exploitées pour modifier génétiquement les plantes cultivées afin qu’elles résistent mieux à la sécheresse ou aux maladies.

Des dizaines de milliers de types de graines sont stockées dans la banque de gènes. Elle est peut-être plus petite que certaines collections ailleurs dans le monde, mais le pool génétique est unique, car il provient d’une région qui faisait partie du Croissant fertile, connu comme le berceau de la culture des plantes.

« C’est ici que l’agriculture a commencé il y a environ 10 000 ans », a déclaré Einav Mayzlish-Gati, directeur de la banque de gènes. « Les espèces qui ont été domestiquées ici sont toujours dans la nature, s’adaptant au fil des ans aux changements de l’environnement ».

La recherche a déjà porté ses fruits. Par exemple, l’institut a mis au point une variété de blé dont le cycle de vie est ultra-court. Elle n’est peut-être pas compétitive aujourd’hui, mais elle pourrait être un atout dans un climat plus chaud avec des saisons de croissance réduites.

La Banque mondiale prévient que l’agriculture mondiale est extrêmement vulnérable au changement climatique. Selon elle, les effets négatifs se font déjà sentir : températures plus élevées, événements climatiques extrêmes plus fréquents, cultures et parasites envahissants.

L’agriculture et le réchauffement de la planète seront discutés par les dirigeants mondiaux en Égypte samedi, lors de la COP27, la dernière édition du sommet annuel des Nations unies sur le changement climatique.

Source : Reuters & Israël Valley

 

Partager :