Partager :

L’hôtel David Kempinski à Tel-Aviv, qui a ouvert ses portes en avril dernier, a remporté le titre du « meilleur nouvel hôtel au monde ouvert en 2022 », selon le magazine de tourisme de luxe « Ultratravel », qui a publié cette semaine la liste des gagnants des « Ultimate Luxury Travel Related Awards » pour 2022.

Il s’agit de la principale compétition dans le domaine du tourisme haut de gamme dans le monde. Le choix est basé sur la notation d’environ 1,2 million d’abonnés au magazine et de voyageurs dans plus de 100 pays aux côtés d’agences de voyages et de professionnels de l’industrie.(I24news)

De nombreux professionnels du secteur se posent la question : est-ce bien mérité . Le rédacteur en Chef d’IsraelValley, qui a passé des heures dans l’hôtel, n’est pas du tout convaincu. Le service est très loin d’être le meilleur au monde…

LE PLUS.

L’hôtel Kempinski de Tel-Aviv recrute beaucoup (presque 100% de son personnel!) à l’étranger car « en Israël le niveau de formation initial des employés de ce secteur n’est pas considéré comme satisfaisant » par cet Hôtel. On vous explique…

Selon (1) : « En Israël l’hôtellerie peine à recruter du personnel qualifié et professionnel. C’est le plus souvent un marché du travail recherché pour les jeunes issus de l’armée qui travaillent dans le cadre d’un régime de travail obligatoire, pour une période de six mois seulement, en échange d’une subvention financière unique de 9 950 NIS de la part de l’assurance nationale.

Gaya (pseudonyme), a travaillé  dans un hôtel de Tel-Aviv, explique « C’est un travail comme dans des métiers qui manquent de main-d’oeuvre, comme dans les supermarchés, l’agriculture et l’hôtellerie. Les employés viennent chercher un job, et c’est tout. Il n’y a aucune incitation à y rester. » Ils  arrivent sans expérience et généralement sans le désir de rester dans le domaine et de s’y spécialiser.

Même les entreprises – qui savent qu’il s’agit d’un travail temporaire – n’offrent pas toujours un horizon professionnel à long terme, n’investissent pas dans la formation et n’optimisent pas les conditions de travail.

L’hôtel Kempinski, qui a ouvert en début d’année à Tel-Aviv (et qui appartient à une ancienne chaîne hôtelière européenne), a décidé de recruter des employés à l’étranger.

« Il y a beaucoup de jeunes juifs dans le monde, avec une expérience dans le monde du tourisme international senior, qui envisagent d’immigrer en Israël et de vivre ici », déclare Yuval Pomerantz, vice-président des ressources humaines de l’hôtel.

« Nous parvenons à les faire venir ici et ils travaillent pour nous avec beaucoup de succès. » Chez Kempinski, ils ont trouvé une autre solution spécifiquement pour les seniors, « les gens qui ont parcouru un long chemin dans leur carrière et qui recherchent un autre métier. Notre plus jeune employé a 18 ans, et notre plus âgé a 76 ans. Cela rappelle le service que vous recevez dans des hôtels prospères à l’étranger. »

(1) 1.alliancefr.com

Partager :