Partager :

Une étude menée par des chercheurs de l’université de Tel-Aviv et publiée dans l’International Journal of Molecular Sciences, a démontré une amélioration significative des compétences sociales et de l’état du cerveau des autistes grâce à la thérapie par caisson hyperbare (chambre à pression).

Les chercheurs ont identifié des changements dans le cerveau des animaux sur lesquels a été menée l’étude, notamment une réduction de la neuro-inflammation, connue pour être associée à l’autisme. En outre, une amélioration significative a été constatée dans le fonctionnement social des animaux traités dans le caisson hyperbare.

Le succès de l’étude promet une meilleure compréhension de l’autisme et une prochaine applicabilité du traitement à l’être humain.

Les recherches ont été réalisées sous la direction de la doctorante Inbar Fischer, du laboratoire du Dr Boaz Barak de l’école de neurosciences Sagol et de l’école de sciences psychologiques de Tel-Aviv.

Les docteurs Inbar Fischer et Boaz Barak ont expliqué que la médecine hyperbare est une thérapie dans laquelle les patients sont traités dans des chambres spéciales où la pression est supérieure à celle que nous connaissons. En outre les patients sont sous 100 % d’oxygène lorsqu’ils prennent place dans le caisson.

La médecine hyperbare est considérée comme sûre et est déjà utilisée pour traiter une longue liste d’affections. Ces dernières années, les preuves scientifiques se sont accumulées pour démontrer que des protocoles uniques de traitements hyperbares améliorent l’apport de sang et d’oxygène au cerveau, améliorant ainsi les fonctions cérébrales.

« La mutation dans les modèles animaux est identique à celle qui existe chez l’homme. Par conséquent, notre recherche est susceptible d’avoir des implications cliniques sur l’amélioration de l’autisme qui résulte de cette mutation génétique, et probablement aussi de l’autisme découlant d’autres causes », a déclaré Inbar Fischer.

« Le traitement par caisson hyperbare est non intrusif et nos résultats encourageants démontrent que ce traitement peut améliorer ces aspects comportementaux et neurologiques chez l’homme également », a-t-elle également indiqué.

Partager :