Partager :

Israël doit se débarrasser de toutes ses armes nucléaires et placer ses sites nucléaires sous la tutelle de l’Agence internationale de l’énergie atomique, a déclaré la Première Commission de l’Assemblée générale des Nations Unies lors d’un vote initial à 152 voix contre 5.

Les cinq nations qui se sont opposées à la résolution de vendredi sur le « risque de prolifération nucléaire au Moyen-Orient » étaient : le Canada, Israël, la Micronésie, les Palaos et les États-Unis. 24 autres pays se sont abstenus, y compris des membres de l’Union européenne.

La résolution annuelle soumise par l’Égypte à l’Assemblée générale des Nations Unies à New York était parrainée par l’Autorité palestinienne et 19 pays, dont Bahreïn, la Jordanie, le Maroc et les Émirats arabes unis.

La résolution vise en grande partie Israël, qui est considéré comme l’un des neuf seuls pays à posséder des armes nucléaires. Israël n’a jamais admis avoir de telles armes.

La résolution note qu’Israël est le seul pays du Moyen-Orient et l’un des rares parmi les 193 États membres de l’ONU à ne pas avoir signé le Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

L’Iran, qui est signataire du traité, serait sur la voie du développement d’armes nucléaires. Malgré cela, la résolution ne mentionnait pas l’Iran.

La résolution a réaffirmé « l’importance de l’adhésion d’Israël au TNP et du placement de toutes ses installations nucléaires sous des garanties internationales complètes, dans la réalisation de l’objectif d’adhésion universelle au Traité au Moyen-Orient ».

Il a en outre appelé Israël « à adhérer au Traité sans plus tarder, à ne pas mettre au point, produire, tester ou acquérir d’une autre manière des armes nucléaires, à renoncer à la possession d’armes nucléaires et à placer toutes ses installations nucléaires gardées non sécurisées sous la pleine portée des garanties de l’Agence » comme une mesure de confiance importante entre tous les États de la région et comme une étape vers le renforcement de la paix et de la sécurité ».

Une zone dénucléarisée au Moyen-Orient ?

Vendredi, la Première Commission a également approuvé par 170 voix – dont l’Iran – un appel à une zone dénucléarisée au Moyen-Orient. Israël a été le seul pays à s’opposer au texte. Quatre pays se sont abstenus : les États-Unis, le Cameroun, les Comores et la Tanzanie.

Lors d’un débat sur la question au début du mois, un ambassadeur adjoint d’Israël auprès de l’ONU, Michal Maayan, a déclaré que le TNP n’est pertinent que par le niveau de conformité et n’est pas un remède aux « défis de sécurité uniques » du Moyen-Orient. « Quatre des cinq cas de violations graves du TNP ont eu lieu au Moyen-Orient depuis son entrée en vigueur », a-t-elle expliqué.

« Depuis des décennies, l’Iran fait progresser rapidement ses programmes nucléaires illicites et possède actuellement de grandes quantités de matières nucléaires hautement enrichies », a accusé Maayan. « L’existence d’ activités nucléaires non déclarées en Syrie reste pertinente et inquiétante, ainsi que les questions ouvertes liées à la nature et à l’état opérationnel des sites et des matériaux spécifiques en Syrie », a-t-elle déclaré.

Enfin, Maayan a expliqué qu’il est impossible de parler d’une architecture de sécurité régionale autour de la question nucléaire dans une situation où les pays du Moyen-Orient ne reconnaissent pas le droit d’Israël à exister.

« Certains acteurs de la région affirment qu’une architecture de sécurité globale peut être initiée au Moyen-Orient, avec un engagement direct avec Israël, sans reconnaissance du droit d’Israël à exister à l’intérieur de frontières sûres et sécurisées, sans réduire la tension régionale et la construction de la confiance nécessaire et la confiance entre les États régionaux… Cette position est intenable », a déclaré Maayan.

Source : jpost.com –

Partager :