Partager :

Une propriété vide est une occasion perdue de se loger, ne serait-ce que pour une journée. Ou du moins, c’est ainsi que le gouvernement israélien le voit.

Lorsque le gouvernement a dévoilé son plan pour le logement, l’un des éléments clefs était une proposition de répression des locations à court terme – des logements proposés à la journée, à la semaine ou au mois, principalement à des touristes en vacances via des plateformes telles que Airbnb.

Au cours de l’année écoulée, les locations à court terme ont été accusées de porter préjudice aux hôtels qui tentent de se remettre de l’arrêt des voyages pendant la pandémie et d’encombrer le marché immobilier, rendant encore plus difficile l’accès à des biens immobiliers abordables dans des zones très demandées comme Tel Aviv, notamment pour les locataires à long terme.

Au cœur du problème se trouve la flambée des prix du logement, qui déconcerte les gouvernements successifs depuis plus d’une décennie, chacun d’entre eux proposant divers plans pour atténuer la crise.

La plupart des plans, comme le dernier en date proposé par le gouvernement, ont cherché à faire baisser les prix en inondant le marché d’appartements, soit en accélérant la construction de nouveaux projets, soit en décourageant l’achat de résidences secondaires à des fins d’investissement.

La proposition actuelle inclut également la possibilité d’une sorte de système de permis pour les locations à court terme, avec l’implication qu’elles pourraient être refusées dans les zones de forte demande de location, ce qui affecterait jusqu’à 13 000 propriétés selon le ministère des Finances, et qui ne pourront donc plus être « louées ».

Il est difficile de savoir combien de locations à court terme existent réellement en Israël. On considère généralement que le marché est principalement constitué de propriétaires qui utilisent Airbnb ou des plateformes similaires pour louer leur propriété, ou une partie de celle-ci, pour quelques jours ou parfois plus longtemps, généralement à des touristes. Ce type de location est souvent moins cher que les hôtels, offre différentes commodités ou types d’espaces, et attire tout le monde, des familles nombreuses en vacances à des routards à la recherche d’un endroit où se poser, pour les touristes nationaux ou même pour les voyageurs d’affaires.

Airbnb compte plus de 10 000 « hôtes » offrant leurs maisons à travers Israël, a déclaré un porte-parole de la plateforme au Times of Israel. Il a précisé que la majorité de ceux qui se trouvent en Israël ne déclarent qu’une seule propriété, qu’ils habitent et quittent afin de louer leur maison pour quelques jours ici et là.

TIMES OF ISRAEL. COPYRIGHTS.
Partager :