Partager :

Pour la quatrième année consécutive, Surfshark a publié son étude mondiale intitulée « Digital Quality of Life Index » (DQL Index), un classement sur le bien-être numérique. Cette année, la France gagne 3 positions et devient le 4e pays le mieux placé selon l’indice, juste derrière Israël.

Ce classement réalisé depuis 2019 prend en compte 117 pays, soit environ 92 % de la population mondiale. Il s’appuie sur 5 critères : la qualité de la connexion Internet, l’administration en ligne, la cyber-infrastructure des pays, l’accessibilité à Internet et enfin la sécurité en ligne.

Cette année, la moins bonne note française a été attribuée à la qualité de sa cyber-infrastructure (15e position au niveau mondial). Le meilleur score est celui de l’accessibilité à Internet : notre pays arrive en 7e position.

À travers son enquête, Surfshark montre que la qualité de la connexion Internet en France est d’une grande qualité et autre point intéressant révélé par l’étude :’Internet mobile s’est amélioré de 29,5 % (20,7 Mbits/s) et le haut débit fixe a augmenté de 13,8 % (26,6 Mbits/s) en seulement un an.

Ces statistiques montrent que l’écosystème des télécommunications français est en perpétuelle évolution. Une bonne chose pour positionner la France parmi les pays les mieux connectés à travers le monde.

La grande étude de Surfshark montre que parmi les 10 pays les mieux notés, 7 se situent en Europe. Cette statistique n’a pas évolué depuis les trois dernières années. En fin de classement, on retrouve des pays comme la République démocratique du Congo, le Yémen, l’Éthiopie, le Mozambique et le Cameroun. Si on s’arrête localement sur l’Afrique, c’est l’Afrique du Sud qui arrive en tête du classement, suivie de l’île Maurice, du Maroc, de la Tunisie du Kenya et de l’Égypte.

Concernant la cybersécurité, c’est la Grèce qui est en haut du podium. En mars 2022, un cyber-exercice européen, dans le contexte de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, avait justement été organisé à Athènes. « CyberEast », du nom du programme, visait à tester la résistance des pays de l’Est.

Notons que l’Hexagone n’arrive qu’en 11e position sur ce critère, au niveau mondial. Le gouvernement a annoncé le 26 septembre 2022 une augmentation budgétaire sur le volet des investissements en cybersécurité. Face aux vagues de cyberattaques, notamment contre les hôpitaux, Emmanuel Macron a été amené à réagir. Avec ce nouveau budget, plusieurs grandes agences françaises voient leur budget augmenter : l’Anssi (l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information), qui voit ses crédits augmenter de 4,6 millions d’euros.

À terme, l’objectif ultime de l’agence est de réussir à connecter à Internet les 3,7 milliards de personnes qui n’y ont pas encore accès dans le monde. L’agence onusienne estime même que 2,9 milliards de personnes (soit 37 % de la population mondiale), n’ont jamais utilisé Internet de toute leur vie. La capacité de cette frange de la population à se connecter « demeure marquée par de profondes inégalités », selon l’UIT.

Source : Siecledigital (résumé)

 

Partager :