Partager :

Le parti Yesh Atid du Premier ministre Yaïr Lapid a retiré certaines parties de son site de campagne en langue russe en réponse aux critiques de ses rivaux pour avoir déclaré que le parti Likoud du leader de l’opposition Benyamin Netanyahou est en train de devenir une faction « sectorielle » pour les Juifs israéliens d’origine séfarade.

Le texte – mis en évidence pour la première fois par la députée Galit Distel Atbaryan jeudi – affirme que le parti ne représente plus la totalité de la société israélienne.

« Il a abandonné son idéologie et est devenu un parti séfarade sectoriel », peut-on lire sur le site, en référence aux Juifs d’origine nord-africaine et moyen-orientale.

Atbaryan a accusé Lapid et le ministre de la Défense Benny Gantz (qui fait partie d’Unité nationale, et non de Yesh Atid) de « normaliser Garbuz », une référence à l’artiste Yair Garbuz, qui a suscité l’indignation avant les élections de 2015 lorsqu’il a décrié la perte du pays par la gauche au profit d’une « poignée d’adorateurs d’idoles ».

Ces remarques ont été perçues comme une attaque contre les Juifs religieux traditionnels, les Juifs séfarades et la droite en général.

Dans une déclaration officielle, le Likoud a déclaré : « Yaïr Lapid a appelé aujourd’hui en russe à ne pas voter pour le Likoud parce que c’est un ‘parti de séfarades’. Le racisme de Lapid n’a pas de limites ».

Yesh Atid a répliqué que le texte a été écrit par une partie extérieure à leur insu et qu’ils ne reflètent pas les opinions de la faction. Le parti a ajouté qu’il examinait d’autres contenus sur le site web.

« Il n’y aura pas de démonstration d’un quelconque type de racisme parmi nous », a répondu M. Lapid en réponse aux critiques. « Quiconque dit ou écrit quelque chose de raciste sera exclu de Yesh Atid ce jour-là ».

Le Premier ministre a ensuite accusé M. Netanyahou d’essayer de marquer des points politiques à propos du texte du site web.

« Il ne manque jamais une occasion d’inciter et de diviser », a dénoncé M. Lapid, qui a affirmé qu’il y avait plus de candidats séfarades en tête de sa liste électorale que sur celle du Likoud.

Le clivage Séfarades-Ashkénazes en Israël joue un rôle dans la politique depuis des décennies.

SOURCES I24NEWS. COPYRIGHTS.

Partager :