Partager :

Des chercheurs israéliens et américains ont mis au point une méthode pour détecter la maladie d’Alzheimer en recherchant des plaques bêta-amyloïdes et des protéines anormales dans la rétine de l’œil.

La maladie d’Alzheimer est un trouble neurologique progressif qui provoque le rétrécissement du cerveau et la mort des cellules cérébrales, c’est la cause la plus fréquente de démence.

La recherche, qui vient d’être publiée dans le dernier numéro de la revue Harefuah a été menée par les Drs. Keren Wood de l’hôpital Samson Assuta d’Ashdod et de l’université Ben Gourion du Néguev, Idit Maharshak du centre médical Wolfson à Holon et de la faculté de médecine Sackler de l’université de Tel Aviv, et Yosef Koronyo et Maya Koranyo-Hamaoui du centre médical Cedars-Sinai à Los Angeles, Californie.

Les photorécepteurs de la rétine absorbent la lumière et transfèrent des données à la couche des cellules ganglionnaires de la rétine.

Comme la rétine est reliée au cerveau, il semble que les changements dans cette partie de l’œil reflètent les processus pathologiques dans le cerveau, ont écrit les auteurs, y compris le développement de la maladie d’Alzheimer. Des plaques de bêta-amyloïde ont été trouvées dans la rétine de personnes décédées de la maladie d’Alzheimer, lors d’autopsie.

Pour l’étude, il a été demandé à dix patients atteints de la maladie d’Alzheimer et à six témoins en bonne santé d’avaler du curcuma, épice de couleur jaune intense, qui se fixe sur les plaques de bêta-amyloïde.  Quelques jours plus tard, leurs rétines ont été examinées.

On a constaté que l’épice jaune se fixait sur les cellules rétiniennes des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et non sur celles des patients sains.

SOURCES ET COPYRIGHTS. I24NEWS.

Partager :