Partager :
Tsahal a publié les conclusions de son enquête, quatre mois après la mort de la journaliste américano-palestinienne à Jénine. La nouvelle enquête de l’armée montre que dans l’opération au cours de laquelle Abu Aqla a été tué, la force de Medvedvan est entrée avec cinq jeeps militaires blindées de modèle « David » et avec trois véhicules blindés supplémentaires de modèle « Zev ». Les combattants ont été soumis à des tirs, une partie précise , pendant plus d’une heure – et ont également subi des charges explosives. Les combattants, qui se trouvaient dans l’un des véhicules protégés, ont reçu des tirs – et sont retournés vers les sources de l’incendie. « Le feu a été déclenché alors qu’ils attendaient à l’intérieur de la chaudière. Ils ont riposté à plusieurs endroits où ils ont identifié des hommes armés qui leur tiraient dessus », indique un haut responsable de la sécurité.
Selon la source, « dans l’enquête, nous avons identifié la zone à partir de laquelle le tir a été effectué à Shirin Abu Aqla. Il faut dire que dans la zone à partir de laquelle nous supposons que la balle a été tirée, il y a à la fois des combattants de Tsahal et des Palestiniens. La probabilité la plus élevée est que le feu ait été accidentellement tiré par un soldat de Tsahal, alors qu’il était sous le feu. Il est possible que Shirin ait été accidentellement tuée par un tel tir, bien qu’encore une fois, il ne soit pas possible de déterminer avec certitude qui l’a frappée. » Après la fin de l’enquête, les conclusions ont été transmises au procureur militaire en chef, le général Yifat Tomer-Yerushalmi. Elle a soumis des questions supplémentaires à l’équipe d’enquête et est finalement parvenue à la conclusion qu’il n’y avait aucun soupçon d’avoir commis une infraction pénale et a donc décidé de ne pas ouvrir d’enquête policière.
Gabriel Attal
RADIOJ.
Partager :