Partager :

Le long des trottoirs bordés d’arbres du parc Atidim de Tel Aviv, un quartier d’affaires et commercial situé dans le nord de la ville, un nouvel ajout curieux à la canopée urbaine est arrivé il y a quelques mois. Ressemblant à quelque chose entre une antenne parabolique et une voile de bateau, la structure connue sous le nom de LumiWeave est faite d’un tissu léger innovant conçu pour fournir de l’ombre pendant la journée et un éclairage à l’énergie solaire une fois le soleil couché dans la ville israélienne.

« Nous voulons inciter à la marche et à la mobilité », explique Gaby Kaminsky, directeur général de CityZone, un pôle d’innovation urbaine issu de la collaboration entre la municipalité de Tel Aviv-Yafo, l’université de Tel Aviv et le parc Atidim, un quartier qui voit passer 10 000 personnes par jour. « Si les gens doivent rester debout au soleil, ils vont être en sueur et ne le feront tout simplement pas. Nous devons donc faire de la ville un endroit tolérable, même pendant les journées chaudes. »

Malgré ses avantages évidents en matière de rafraîchissement, l’ombre a souvent été négligée par les autorités lorsqu’il s’agit de répondre aux chaleurs extrêmes. Mais Tel Aviv, où les températures estivales maximales peuvent régulièrement dépasser les 49 degrés celsius, a mis en lumière l’importance de l’ombre à travers un certain nombre de projets municipaux, alors que le monde est aux prises avec un réchauffement rapide de la planète.

L’impact de l’ombre sur le corps est unique. Il est bien connu que les villes ont des microclimats connus sous le nom d' »îlots de chaleur urbains », mais les températures élevées de l’air ne sont pas la seule raison du stress thermique. Les recherches montrent que le fait de se tenir à l’ombre peut réduire la chaleur perçue de 15 degrés par rapport à la lumière directe du soleil, atténuant ainsi considérablement les menaces pour la santé telles que les troubles cardiovasculaires et respiratoires, les coups de chaleur et même la mort.

Au moins 363 Israéliens sont morts pendant des vagues de chaleur entre 2012 et 2020, selon une étude du ministère israélien de la protection de l’environnement et de l’université de Tel Aviv.

Avant le lancement de LumiWeave, la ville a développé des « cartes d’ombre », qui documentent l’ombrage de l’espace public fourni par des éléments tels que les bâtiments, les arbres, les colonnades et les pergolas.

Les cartes d’ombre de Tel Aviv pourraient bientôt porter leurs fruits : en janvier, Israël a annoncé qu’il planterait 450 000 arbres dans les zones urbaines d’ici 2040, pour un coût estimé à 2,25 milliards de NIS.

Aujourd’hui, si Tel-Aviv montre la voie, d’autres villes adoptent des approches différentes :

À Tel Aviv, la municipalité a passé des commandes de LumiWeave pour dix autres sites de la ville. Ce tissu, créé par la designer Anai Green, est doté de cellules photovoltaïques organiques. Il ne nécessite aucune infrastructure électrique, ce qui permet de réduire les coûts, et peut fournir un éclairage nocturne jusqu’à trois jours sans soleil. Mais cela ne devrait pas poser de problème puisque Tel Aviv compte en moyenne 300 jours d’ensoleillement par an.

Outre LumiWeave, CityZone travaille avec d’autres start-ups basées à Tel Aviv, telles que SolCold, qui a mis au point une peinture – qui sera testée dans le courant de l’année – qui se refroidit activement lorsqu’elle est exposée au soleil, réduisant en théorie les températures à un niveau inférieur à celui de l’ombre. BioShade, quant à elle, utilise des systèmes hydroponiques pour faire pousser des plantes d’ombrage jusqu’à 10 pouces par jour, ce qui permet d’accélérer et de simplifier le processus de croissance des arbres.

« Nous n’avons pas de temps à perdre », déclare M. Aleksandrowicz. « Nous devons utiliser les connaissances dont nous disposons maintenant pour une mise en œuvre de l’ombrage à grande échelle. »

Source : OregonLive & Israël Valley

 

Partager :